Des goûts et des couleurs… et de l’appréciation d’un roman

couverture
En ce moment, je vis les montagnes russes. J’oscille entre bonheur béat et chutes de moral.

Les circonstances ont de quoi être un peu stressantes : j’attends les chroniques de 10 blogueuses littéraires qui, dans le cadre du partenariat Livraddict, ont lu (ou vont lire) et commenté (ou vont le faire) mon roman « Histoire d’@ ».

Attendre ces verdicts, c’est forcément s’exposer à la critique, et être prête à assumer ces jugements. Et ce n’est pas toujours facile… surtout quand on manque de confiance en soi, et qu’on a toujours en tête que ce qu’on a fait n’est peut-être pas à la hauteur, et qu’on est encore, 4 mois après la sortie du livre, en recherche de légitimité.

Cette fameuse légitimité, cette idée que je ne suis par une « usurpatrice » et que je peux me percevoir comme une « auteur-qui-peut-écrire-des-livres-qui-intéressent-les gens », je la recherche effectivement.

Dans l’idéal, on souhaite que son livre soit apprécié, et que les chroniques apportent visibilité et « publicité » (il ne faut pas se leurrer, tout auteur auto-édité espère cela !)… et que cela apporte de nouveaux lecteurs, qui se feront leur propre idée.

Il y a des mots qui font plaisir, et d’autres moins. J’entends les deux, j’accepte les deux. Et je sais qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, comme le dit l’expression. Pour autant, « décevoir » un lecteur, qui s’attendait à plus ou à mieux, est une forme d’échec.

Cependant, il faut relativiser.

Déjà parce que chacun lit avec ce qu’il est, et c’est même assez amusant de voir son livre critiqué par des personnes d’âge différent… il n’est pas perçu de la même façon (le jugement sur les personnages, par exemple).

Ensuite parce que chacun a ses références, ses goûts, ses attentes, ses « exigences » je dirais même (je suis même étonnée d’être lue par des personnes qui, a priori, n’aiment pas le genre de mon livre, ou s’étonnent de ne trouver que des mails dans un roman pourtant annoncé comme « épistolaire ») .

A priori, on ne reproche pas grand-chose à mon roman, à part qu’il est (trop) « simple »… (personnellement, je ne trouve pas, même si l’intrigue n’est pas tirée par les cheveux ; cela se veut « réaliste » avant tout).

Pour l’instant, il est noté 14,5/20 (en deux votes). Ca fait tout drôle d’être notée, d’ailleurs ;-). Il est donc classé « moyen ». Je n’ai jamais prétendu à l’excellence, mais j’avoue espérer un peu mieux que ce « moyen »…

On verra bien.

La couverture, en tout cas, plaît beaucoup, et j’en suis fière parce que « c’est moi qui l’ai faite toute seule ».

En attendant le verdict des prochaines blogueuses, j’ai aussi le plaisir immense d’être lue par des lecteurs « lambda » (le principal visé), dont certains ont le don de mettre du baume au coeur. Comme ce midi où j’ai découvert ces mots  sur Fb :  « Perso j’adore le livre de Laure Manel !!! Son « Histoire d’@ » est une merveille ! ».

Et rien que pour ça, j’ai très envie de garder confiance, et d’avancer… dans mon deuxième roman qui patiente…. :-)