En panne… de temps !

frog-1339892_1920

Very busy

Terrrrrrible constat : je ne lis plus (lecture à l’arrêt, pour un livre commencé il y a presque un mois !), je n’écris plus (pas une ligne depuis plus de trois semaines… et rien avant le 10 juillet, argh, désespérant !).

Ce n’est pas que je n’ai pas envie de poursuivre cette sympathique lecture, ce n’est pas que je suis en panne d’inspiration : c’est que je suis absolument dé-bor-dée et (inexplicablement) fatiguée…

Encore quelques semaines de folie, et je pourrai être disponible pour lire et écrire.  L’année prochaine (scolaire), c’est sûr (je me le jure) : j’écrirai toutes les semaines (envie de dire « tous les jours », mais bon…).

Je ne sais pas comment font mes compères auteurs (pour ceux qui ont un travail à temps plein et une famille « à gérer »)… Je connais une solution : écrire tard le soir ou tôt le matin, quand tout le monde dort… mais je suis une marmotte contrariée.

Amis auteurs, comment faites- vous ? Avez-vous des trucs et astuces ? Etes-vous capables d’écrire par petits bouts (j’ai beaucoup de mal) ou vous faut-il de loooongues plages horaires de silence et solitaires ? Dites-moi tout :-).

6 réflexions sur “ En panne… de temps ! ”

  1. Ah ah ! Rassure-toi, pas mieux pour moi. Si un jour on me propose un super pouvoir, sans hésitation, je prends celui d’avoir des journées qui durent trois fois plus longtemps !
    Dur de tout concilier : travail, vie de famille, écriture, publications, présence sur les réseaux…
    J’ai commencé de lire un nouveau livre la semaine dernière, et pas pu le toucher depuis. J’espère me rattraper ce soir après tri des mails et quelques vidéos à regarder pour me documenter pour mon roman.
    Ne culpabilise pas trop quand même : prendre soin de soi est très bénéfique. Donc prends le temps de faire une coupure, même si cela te paraît impossible 😉
    Bises

    1. Ah, merci Charlie ! Je me sens moins seule ;-). Tu n’es donc pas Superwriter ? Tu as raison : autant ménager notre monture, et gagner en efficacité. Le tout, c’est de s’y (re)mettre. La coupure que je m’impose (contrainte et forcée) me permet de « rassembler »… et après, ça va couler tout seul. Enfin, j’espère ! 😉 Tu as fini ce livre, maintenant ? bises

  2. Coucou, Laure. Vu les résultats que tu as obtenus, je pense que tu as tout à fait le droit de te sentir fatiguée. Je crois qu’il faut s’écouler et écouter son corps même si on a envie qu’il suive le mouvement sans protester. Pour ma part, je lis beaucoup sur mon iphone, beaucoup plus que sur papier parce que je trouve ça hyper pratique et que ça allège mon sac déjà trop chargé. Je lis dans les transports en allant bosser. L’an dernier, c’était le pied, ayant modifié mon temps de travail, je consacrais une journée par semaine à l’écriture. Actuellement, je m’efforce d’écrire une vingtaine de minutes par jour plutôt le soir quand les enfants sont couchés. C’est peu mais ça fait quand même avancer la machine. Je me sens prête à franchir un grand pas et à prendre au moins 6 mois sabbatique pour écrire à fond. A suivre. Courage à toi et à bientôt.

    1. Merci pour ton témoignage, Sandra. Pour la lecture, je lis par petits bouts, mais pas dans les transports puisque je conduis ;-).
      A partir de septembre, je vais pouvoir écrire une demi-journée par semaine de façon certaine, et sans doute 2-3 heures à côté, donc ça devrait aller mieux ! :-) Ecrire 20 minutes par jour vers 21 h comme toi, pourquoi pas, si c’est régulier et que la machine sait se remettre en route toute seule, mais pas pour l’instant. Je m’octroie une grosse pause pendant laquelle je laisse la suite mûrir, et à partir du 10 juillet, ça ne rigolera plus !!! 😉 Bonne continuation à toi !

Laisser un commentaire