De l’autoédition à l’édition

Un petit retour sur le parcours éditorial du homard

Après deux semaines de mise en ligne de « La Délicatesse du homard » sur le site d’Amazon, et alors qu’il n’était pas encore premier, j’ai eu un premier contact avec un éditeur traditionnel.

Début décembre, tout s’est accéléré : plusieurs éditeurs se sont tournés vers moi (et certains un peu plus tard, y compris ces derniers jours). LDDH était alors premier du classement et comptabilisait 4000 lecteurs. C’était tellement surréaliste d’entendre dire tant de bien de mon roman par des gens de la profession ! Quand on vous dit que votre roman est « canon » et que votre écriture est « sensible et délicate » (pour ne citer que ça)… c’est  juste incroyable.

Je ne nie pas que toutes ces conversations téléphoniques et ces négociations se sont accompagnées d’un certain stress. Il fallait faire le bon choix (en fonction des conditions de chacun), et être prête à renoncer au moins pour un temps à une certaine liberté (notamment concernant de futures publications).  Et en effet, bientôt je serai une auteure « hybride » (mi-indée, mi-éditée).

En tout, six (véritables) éditeurs ont souhaité publier mon troisième roman.

Pour diverses raisons, j’ai choisi…

MichelLafon… et j’en suis ravie !

Le contrat est signé et cette semaine, le travail va commencer ! Je suis impatiente de m’y mettre !

« La délicatesse du homard » sortira en librairie le 18 mai !

C’est un rêve très ancien qui va se réaliser.

Enregistrer

Laisser un commentaire