Chez Michel Lafon…

20170216_100144

Hier, je me suis rendue à Paris, dans les locaux de « ma » maison d’édition (ça fait drôle de dire ça !) pour y passer la journée. L’occasion de rencontrer pour de vrai mon interlocuteur-depuis-les-débuts, Florian Lafani, et de faire connaissance avec les membres de l’équipe avec qui j’aurai l’occasion de travailler.

J’y suis allée avec le trac, et j’ai franchi la porte dans un sentiment de surréalité, mais finalement, je m’y suis sentie très bien. Et pour cause ! En toute sincérité, l’accueil de chacun a été extra. C’était souriant, riant, agréable et vraiment sympathique. Tout le monde avait l’air content de me voir, … et moi donc ! Vraiment chouette.

Bon alors : qu’y ai-je fait ?

Tout d’abord, nous avons discuté de nouvelles propositions pour la couverture… En effet, après en avoir reçu par vagues une quinzaine par mail, de nouvelles propositions m’attendaient… dont, sans doute, une version proche de celle qui sera choisie au final. Une vingtaine de couvertures, souvent très différentes, il y a de quoi avoir… l’embarras du choix 😉 ! C’est vraiment intéressant, toutes ces conversations autour des couvertures possibles (et il y en a !)… entre ce qui marche « psychologiquement » ou graphiquement, esthétiquement ou « marketinguement »… ce qui ne marche pas car déjà vu, trop banal, ou trop ressemblant à… C’est tout un art de trouver LA bonne couverture !… et de se mettre dans la peau des lecteurs potentiels qui viendront en librairie et dont les yeux se poseront sur mon livre. Il faut qu’ils aient envie de le prendre, et de lire le texte au dos. Et ça, c’est primordial. Le choix de la couverture est déterminant dans la réussite future du livre, ce qui met une jolie pression sur ce choix. A l’heure qu’il est, nous sommes donc sur la bonne voie, mais la couverture n’est pas encore officiellement choisie. Il me tarde de vous la dévoiler !

J’ai rencontré Anne et Fanny, responsables de la presse nationale et des relations avec les libraires. Un échange à trois voix naturel et très plaisant. Où l’on m’a confirmé que mon roman serait envoyé à des journalistes et que des libraires pensaient déjà lui réserver un bon accueil (dédicaces qui se profilent). Visiblement, le titre séduit ! (pour rappel, le livre a été présenté sans couverture et… sans texte ;-)… heureusement, l’équipe de chez Lafon croit en son succès et le fait déjà savoir, ce qui est incroyable et très touchant).

Je n’ai pas pu rencontrer la responsable des salons, en congé, mais là aussi, c’est en bonne voie. Rien n’est encore officiel, mais il y a des chances que j’ai une ou deux surprises à vous annoncer de ce côté-là. De plus, le homard devrait participer à certains « prix du premier roman »… autant dire que je n’en reviens pas (bon, je ne vois pas pourquoi il gagnerait, mais c’est déjà magique).

Après un repas en très bonne compagnie, j’ai continué de travailler avec Maïté, qui est ma « conseillère en écriture » : nous avons passé en revue tout mon roman et vu ensemble en quoi et comment il pouvait être amélioré (quelques nuances à apporter, quelques petits passages à revoir, des petites redondances à gommer, mais rien d’énorme : il est apparemment déjà bien abouti, structurellement et stylistiquement… ce qui est rassurant !). C’était très intéressant d’échanger et de recueillir les conseils de Maïté, avec laquelle j’ai bien ri aussi. Travailler dans la bonne humeur, c’est mon credo :-). Donc, au programme de mes jours à venir : relecture de LDDH (ça faisait longtemps) avec recherche des petites modifs à faire, et la semaine prochaine, corrections sur le fichier que j’aurai reçu. Bref, c’est pas fini !!! (autant dire que je ne profiterai pas de ces vacances pour avancer dans mon 4ème roman, mais ce n’est pas bien grave : l’urgence d’abord !… c’est que le temps imparti est limité, puisque le roman part à l’impression début avril !).

Pour finir la journée, j’ai rencontré Marion (community manager) et Fred (responsable marketing) avec lesquels nous avons discuté de ce qui allait être entrepris en amont du lancement et ensuite, sur les réseaux sociaux et le Web. Là encore, j’ai hâte de voir la suite !

Hier, avec toutes ces choses bien concrètes, j’ai enfin pris conscience que mon roman va REELLEMENT sortir en librairie… et dans 3 mois ! Le grand saut est pour bientôt et finalement il reste plein de petites choses à faire d’ici là. C’est une formidable aventure qui commence…  et surtout, j’ai ressenti un vrai soulagement en sortant de chez Michel Lafon… avec la conviction que j’ai fait le bon choix.  Je suis vraiment rassurée et ravie d’être accompagnée par toutes les personnes que j’ai rencontrées hier. Il me semble que nous allons bien travailler ensemble (chose étrange, mais pas désagréable, quand on est habituée à travailler seule). Je finirai donc cet article par un MERCI à Florian, Maïté, Anne, Fanny, Marion et Fred. J’ai passé une journée géniale.

20170216_171359

 

6 réflexions sur “ Chez Michel Lafon… ”

  1. Et bien voilà, c’est enfin arrivé ce que je te promettais … Tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse pour toi … C’est mérité et je te souhaite tous les prix possibles pour les nouveaux romans …. Continue d.écrire avec ton coeur et pense à nous, tes premières fans qui croient en ton succès depuis le début . Je te fais de grosses bises et espère bien te voir quand tu seras entourée de tes fans pour les dédicaces et autres célébrations. Mes vœux de réussite t’accompagnent.

  2. Très heureuse pour vous, Laura. Et le magnifique, dans tout ça, c’est que Michel Lafond est venu vous chercher, pas de démarchage, d’inquiétude sur un refus éventuel etc. J’ai adoré LDDH et je termine sous peu L’embarras du choix,
    Vous avez une très belle plume.
    Bonne continuation et beaucoup de succès a cueillir.

  3. Ouah ça fait du bien cet article ! Depuis une semaine, je cogite de nouveau sur les maisons d’édition : est-ce que ça vaut le coup ? Dois-je essayer, rester indépendante ? Ca me donne de nouvelles pistes de réflexion !

    J’avais une question par contre. Tu dis  » le livre a été présenté sans couverture et… sans texte ». Cela veut-il dire que tu as soumis un manuscrit à Michel Lafon ? J’ai entendu dire que c’est eux qui démarchait les auteurs, alors c’est pour savoir si c’est vrai :-)

    En tout cas, profite ! Et tiens nous au courant pour la suite :-)

    1. Merci Anaïs ! Rester indé, c’est un choix… ou pas. Et l’avenir me dira ce que ça va changer de mon côté. Mais c’est en tout cas une nouvelle aventure qu’il m’est donné de vivre, alors je prends ! 😉
      J’ai dû être pas claire : je parlais des libraires, qui n’avaient que le titre du livre et l’enthousiasme des personnes de chez Michel Lafon pour se faire une idée du livre. Les éditeurs qui m’ont approchée ont repéré et lu mon livre (sur Amazon) avant de venir vers moi.
      Bonne continuation à toi, et ne perds pas espoir !

Laisser un commentaire