Comme à l’aube d’une deuxième vie

dandelion-1557110_1920

J-7 pour la sortie en librairie de « La délicatesse du homard », mais J-2 avant son entrée en scène. Eh oui, ce samedi 13 mai, si proche, ce sera l’avant-première du homard au Dôme de Saumur, dans le cadre des Journées nationales du Livre et du Vin.

Cette fois, la deuxième vie du homard va vraiment commencer. Après quelque deux cents jours en numérique (et en papier discret), le voici qui revêt une nouvelle existence, concrète, palpable et bien réelle, auréolée de deux mots qui m’étonnent encore : « Michel Lafon ».

C’est dingue, quand j’y pense… Quand je me suis lancée dans l’autoédition, il y a bientôt deux ans, je n’avais qu’un « exemple » en tête : le rêve devenu réalité d’Agnès Martin-Lugand. Je m’étais promis que je n’irais pas  (plus) au devant des éditeurs en envoyant des manuscrits… mais que peut-être l’un d’entre eux me repérerait sur Amazon (le rêve de tant d’autoédités, évidemment). Et c’est ce qui s’est passé. Pas pour le premier, ni pour le deuxième… mais la troisième fois a été la bonne, à un moment où, à vrai dire, je n’y pensais plus vraiment. Indée, j’étais bien. Mais bon, quand plusieurs éditeurs ont toqué à la porte de ma boîte mail, et que j’ai recueilli leur avis de professionnels, j’ai senti qu’une autre aventure se présentait et que je ne pouvais pas la refuser.

Dans une semaine, le rêve de voir un de mes romans en librairie va se réaliser. Et, en plus, je tiens à le dire, tout cela grâce à une maison d’édition formidable (écoute, aide, soutien, efficacité, confiance ne sont pas de vains mots).

Dans deux jours (j’ai peine à y croire !), des lecteurs viendront me voir à Saumur, pour découvrir mon homard tout frais sorti de chez l’imprimeur. Comme ce n’est qu’à une trentaine de kilomètres de chez moi, j’aurai la chance aussi d’être « visitée » par mes proches, amis, etc… Je suis sûre de ne pas me sentir trop seule au milieu de tous ces talents ! Et puis, deux collègues auteures et deux membres de l’équipe Michel Lafon seront là, et non des moindres. Voilà qui promet un week-end riche !

Je vous attends… aussi nombreux que possible. J’ai tellement hâte de rencontrer de nouveaux (ou pas) lecteurs et de prendre le temps de discuter avec eux !

Et pour ceux qui sont trop loin de cette belle ville de Saumur : rassurez-vous, apparemment je vais voyager dans les semaines et mois à venir…

Oui, c’est bien une nouvelle vie qui commence, et pas que pour le homard :-).

2 réflexions sur “ Comme à l’aube d’une deuxième vie ”

  1. Commencé hier terminé aujourd’hui je n’ai pas pu lâcher « la délicatesse du homard ». Merci infiniment pour ce beau moment de lecture. Je vous souhaite beaucoup de petits bonheurs et de grandes joies avec cette jolie pépite tout droit sortie de votre tête.

Laisser un commentaire