Tout a déjà été écrit…

Ceci est un article publié dans le cadre de « L’auteur du mois » (en avril, c’est moi) sur la page Fb (et Insta) de KDP (Kindle Direct Publishing) : article « conseil » de ce 10 avril (je viens de me rendre compte du retard que j’ai pris ici !).

lIVRES

Tout a déjà été écrit…

 Que l’on se rêve auteur, que l’on soit jeune auteur ou auteur déjà « installé », la peur d’écrire du déjà-écrit ou du ressemblant-à vient forcément à l’esprit…  A priori, nul n’y échappe. Et pas seulement par peur d’être taxé de plagiat !

1. Les thèmes abordés, un pot commun…

Depuis qu’elle existe, la littérature traite des mêmes grands thèmes : la famille, l’amour, la mort, la guerre, l’argent, la jalousie, la société, les rapports humains, l’amitié… Comment ne pas puiser dans ce pot commun ? TOUS les livres piochent dans ces grandes catégories, même les fables, les romans historiques ou d’anticipation… Il paraît bien difficile de créer du neuf !

Les récents progrès technologiques peuvent apporter un angle d’attaque différent, certes, mais au final un roman utilisant les réseaux sociaux ne fera qu’évoquer les thèmes ci-dessus… non ?

Inutile de viser ce qui n’existe pas déjà, donc. Tout a déjà été fait…

2.  Ecrire dans un genre, est-ce forcément imiter ?

Chaque genre a ses codes, presque ses passages obligés.

Si on écrit une comédie romantique, elle va forcément ressembler à d’autres puisqu’elle respecte justement la règle du genre : deux personnes qui n’auraient pas dû se rencontrer (qui sont différentes, etc.) vont finir ensemble.

Qu’on se rassure, donc : oui, notre roman ressemblera à d’autres… au moins par certains aspects.

Il n’est pas facile de révolutionner un genre ! On peut cependant avoir l’ambition de le renouveler, de le malmener, de le fusionner à d’autres… C’est peut-être risqué, mais c’est louable.

Liberté et créativité ne sont pas de vains mots en écriture.

 3.  Trouver une idée originale, une gageure ?

Mon roman le plus original est « L’embarras du choix » (mon deuxième roman). Ce n’est pas celui qui a le mieux marché, d’ailleurs. L’originalité ne fait pas tout, qu’on se le dise.

N’empêche, c’est très tentant de vouloir trouver une BONNE idée, originale et potentiellement riche.

Des idées, on en a tous à la pelle… Malheureusement, certaines sont « déjà prises ». Parfois, on le sait, parce que ce(s) livre(s) est/sont connu(s). Mais parfois on peut l’ignorer totalement. Qui a lu tous les livres ? Qui sait que ça n’a jamais été fait ? Personne n’a lu tout ce qui a été publié, évidemment.

Il y a donc toujours un risque. Quand je présente un pitch à mon éditeur, je tends le dos avant son retour avec cette première crainte : il va me dire que le sujet a déjà été traité…

De toute façon, l’idée ne fait pas tout. D’un même point de départ, on peut faire des dizaines et des dizaines d’histoires très différentes ! Tout est justement dans le TRAITEMENT.

 4.  Tout a déjà été fait, mais pas par vous !

Qu’on utilise des thèmes, un genre, une idée « déjà utilisés », c’est donc un postulat de base (ou presque).

Ça peut donc faire peur, filer des complexes (mais qu’est-ce que je vais pourvoir apporter de plus, moi ?)… et vous bloquer, vous faire peut-être renoncer… Ce serait une erreur.

En 2011-2012, j’ai suivi une formation à l’écriture de scénarios, fort intéressante, sur Paris. Notre pédagogue, Jean-Marie Roth (auteur de « L’écriture de scénarios »), nous a dit cette phrase : « Tout a déjà été fait… mais pas par vous ! ». Je ne l’ai pas oubliée, la preuve. Je la trouve très juste et décomplexante.

Quels que soient votre sujet/votre genre /votre idée de départ/vos thèmes, vous pouvez écrire un roman unique… Comment ?

  • Jouer sur l’époque et le décor :

En transposant votre histoire dans une époque et dans un décor marqués, il aura déjà un début d’identité.

  • Jouer sur les personnages :

Soignez vos personnages. Donnez-leur une épaisseur, une vérité, une vraie personnalité qui ne les fera pas ressembler à d’autres… Pour cela, un petit conseil : sachez qui ils sont vraiment ! (cela suppose, selon moi, des recherches et des fiches… un travail en amont, et de les porter en soi… tout le temps)

  • Jouer sur le déroulement de l’intrigue :

Même si votre histoire colle à un genre, essayez de surprendre votre lecteur ! Enrichissez-la, créez des rebondissements… Pour cela aussi, je serais tentée de conseiller un vrai travail de structuration avant l’écriture (je procède ainsi, en tout cas).

  • Jouer sur la narration :
  1. Interrogez-vous sur le système des temps : ce que vous voulez raconter fonctionnera-t-il mieux au présent-passé composé ou à l’imparfait-passé simple-etc ? Le rendu est très différent : plus « dans le vif » ou plus littéraire… C’est un vrai choix à faire.
  2. Choisissez bien votre narrateur : qui raconte votre histoire ? Un (ou plusieurs) personnage(s) du roman ? Quelqu’un d’extérieur ? Là encore, ça n’a rien à voir. Il y a des avantages et des inconvénients pour les deux systèmes. Interrogez-vous sur ce que vous voulez donner à voir / à savoir au lecteur, et jouez sur les focalisations (points de vue).
  •   Jouer sur le style :

Avant-dernier point, et pas des moindres… sans aucun doute le plus important !

Ce qui fera l’originalité de votre roman, c’est votre façon d’écrire ! Il faut trouver sa propre voix… c’est votre identité d’auteur, votre marque de fabrique.

Trouvez un ton, soignez votre syntaxe, évitez les lourdeurs, enrichissez votre vocabulaire, insérez des figures de style, … et lisez à voix haute pour évaluer le rendu, pour entendre votre propre musique…

C’est ça qui fait la différence.

Bonne nouvelle : le style peut se travailler (par la lecture des autres auteurs, par la pratique régulière de l’écriture…). A priori, on ne peut que progresser…

Attention, malgré tout : le style ne fait pas tout. On peut faire des phrases très belles et très complexes, très littéraires et très fortes, avoir une voix unique… si l’intrigue est bancale ou s’il ne se passe rien dans votre histoire, le lecteur ne s’y retrouvera pas.

  • Et… faites-vous plaisir :

Ce qui fera de votre roman un roman unique, c’est aussi la sincérité que vous mettrez dedans. Ne cherchez pas à imiter un auteur ou à écrire dans un genre avec lequel vous n’êtes pas à l’aise (parce que ça se vend bien, par exemple) : écrivez ce qui vous plaît avec ce que vous êtes ! Les lecteurs ne s’y tromperont pas.

Je n’ai donc plus qu’un conseil : faites-vous confiance, et écrivez ! Lancez-vous ! … sans pression.

Plus tard, il faudra aussi songer à se renouveler soi-même… histoire de ne pas s’auto-imiter ! Mais c’est un autre sujet…