Tous les articles par lmanel

Une nouvelle cadeau, disponible sur Kobo !

LAudacedesPapillons_couv

Une nouvelle exclusive !
Une cavalière pas sûre de sa passion pour les chevaux,
Une jeune femme en plein questionnement sur son avenir,
Une rencontre qui pourrait bien changer leurs vies et leur permettre de déployer leurs ailes.

Avec cette nouvelle, j’ai créé une passerelle (crossover) entre mes deux romans  : La délicatesse du homard et La mélancolie du kangourou. Pour tout vous dire, « L’Audace des papillons », sans en être une suite à proprement parler, se situe 3 ans après « La Délicatesse du homard ». Autant préciser qu’il vaut mieux avoir lu le roman avant !

Cette nouvelle peut constituer une ouverture sur « La mélancolie du kangourou », mais peut sans problème être lue après.

Vous la trouverez dès aujourd’hui, en exclusivité sur Kobo (et sur toutes les plateformes le 6 septembre prochain). Elle est GRATUITE et le restera. https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/l-audace-des-papillons-extrait  (malgré cet intitulé, la nouvelle est complète ;-)).

Je vous souhaite une bonne lecture ! :-)

Le kangourou sort de sa poche !

Kangourous

C’est le jour J pour « La mélancolie du kangourou ». Après la sortie en poche du homard hier, les voici à présent réunis, comme ici, à la Fnac de Grenoble (merci à Sandrine Dantard pour ses photos et ses coups de coeur ! ) : FnacGrenoble2FnacGrenoble1

Je suis évidemment ravie !

Ce 3 mai, le kangourou a déjà un mois d’existence derrière lui, en numérique. 3 000 lecteurs lui ont fait confiance, et il est toujours 2ème du top des ventes Kindle, ce qui est sincèrement une grande surprise pour moi.

Capture-2eme-030518

Derrière Musso depuis quelques jours

Les retours et commentaires sont tous très positifs. Nombreux sont ceux qui me disent le préférer au homard ! Il est différent, c’est certain (la narration, l’histoire, les personnages…), et peut-être plus « grand public » (quoique dans ce domaine, les lecteurs du homard sont très variés : hommes, femmes, de 17 à 91 ans…).

Lors de l’avant-première au salon de Quiberon, le week-end dernier, j’ai eu l’occasion de parler de mes livres, et notamment du kangourou, avec Juliette Michaud. Un très bon moment !

IMG_20180501_095231

Jeudi 26 avril, je suis allée chez Michel Lafon pour signer les services de presse :

1767543631316390500

J’en profite pour remercier à nouveau toute l’équipe de ma maison d’édition, des personnes chaleureuses et accueillantes (Anne, Julie, Camille, Anaïs… et bien sûr ma chère Maïté !).

Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre et laisser faire… Hâte de voir la suite et de venir à votre rencontre ! (ça continue demain, avec ma première dédicace en librairie des deux petits derniers).

LeMans-mai

5ème vie du homard !

31815465_618503425153913_1515078648858673152_n

Eh oui, 5ème vie, déjà ! Après la première version numérique (autoéditée), la version Lafon (numérique et papier), la version « Club » (France Loisirs), la version audio (chez Kobo), voici la toute dernière version de mon homard, qui sort à présent chez le Livre de Poche AUJOURD’HUI, 2 mai 2018.

C’est l’occasion de faire un petit bilan (d’autant que je suis débordée au point de ne plus réussir à écrire ici). En effet, je ne suis pas parvenue à vous donner des nouvelles régulières.

20180315_162048  20180407_151418

Le homard chez France Loisirs (catalogue et boutique d’Angers)

  la-delicatesse-du-homard-1-audiokoboLa version audio…

… et la version poche, donc :

COUV

Quand j’ai appris que Le Livre de Poche souhaitait garder le même visuel, j’étais vraiment heureuse ! (et je le suis toujours ;-)). Je trouve cette couverture très jolie et j’aime beaucoup la police choisie.

Je l’ai vu pour la première fois lors de ma journée chez Michel Lafon la semaine dernière, et vraiment il est très beau ! Pour son avant-première au salon de la Fête du livre de Quiberon le week-end dernier, il a fait son petit effet et conquis plusieurs dizaines de nouveaux lecteurs !

J’en profite pour remercier toute l’équipe du Livre de Poche, et Audrey en particulier, pour leur confiance et leur soutien. Comme le montre la pastille, mon homard fait partie de la sélection « Prix des lecteurs 2018 » et c’est un grand honneur !

31369197_615972888740300_2188166634295632678_n

Ce moment magique où je l’ai découvert et dédicacé pour la première fois

Ce qui me semble toujours incroyable, c’est que le homard fait encore parler de lui. Je le vois souvent (en version grand format) sur les réseaux, Instagram, Facebook (dans le Club des mordus de lecture, par exemple)… J’imagine que sa sortie en poche va lui apporter une nouvelle visibilité et SURTOUT plein de nouveaux lecteurs.

Capture-MilyxUne vidéo « coup de coeur », par Milyx Lecture

Bref : Il en a fait, du chemin, ce sacré homard ! Je suis aux anges, évidemment !

PS : demain, un article sur la sortie du kangourou, parce que… c’est demain, justement ! 😉 Je suis vraiment gâtée.

Tout a déjà été écrit…

Ceci est un article publié dans le cadre de « L’auteur du mois » (en avril, c’est moi) sur la page Fb (et Insta) de KDP (Kindle Direct Publishing) : article « conseil » de ce 10 avril (je viens de me rendre compte du retard que j’ai pris ici !).

lIVRES

Tout a déjà été écrit…

 Que l’on se rêve auteur, que l’on soit jeune auteur ou auteur déjà « installé », la peur d’écrire du déjà-écrit ou du ressemblant-à vient forcément à l’esprit…  A priori, nul n’y échappe. Et pas seulement par peur d’être taxé de plagiat !

1. Les thèmes abordés, un pot commun…

Depuis qu’elle existe, la littérature traite des mêmes grands thèmes : la famille, l’amour, la mort, la guerre, l’argent, la jalousie, la société, les rapports humains, l’amitié… Comment ne pas puiser dans ce pot commun ? TOUS les livres piochent dans ces grandes catégories, même les fables, les romans historiques ou d’anticipation… Il paraît bien difficile de créer du neuf !

Les récents progrès technologiques peuvent apporter un angle d’attaque différent, certes, mais au final un roman utilisant les réseaux sociaux ne fera qu’évoquer les thèmes ci-dessus… non ?

Inutile de viser ce qui n’existe pas déjà, donc. Tout a déjà été fait…

2.  Ecrire dans un genre, est-ce forcément imiter ?

Chaque genre a ses codes, presque ses passages obligés.

Si on écrit une comédie romantique, elle va forcément ressembler à d’autres puisqu’elle respecte justement la règle du genre : deux personnes qui n’auraient pas dû se rencontrer (qui sont différentes, etc.) vont finir ensemble.

Qu’on se rassure, donc : oui, notre roman ressemblera à d’autres… au moins par certains aspects.

Il n’est pas facile de révolutionner un genre ! On peut cependant avoir l’ambition de le renouveler, de le malmener, de le fusionner à d’autres… C’est peut-être risqué, mais c’est louable.

Liberté et créativité ne sont pas de vains mots en écriture.

 3.  Trouver une idée originale, une gageure ?

Mon roman le plus original est « L’embarras du choix » (mon deuxième roman). Ce n’est pas celui qui a le mieux marché, d’ailleurs. L’originalité ne fait pas tout, qu’on se le dise.

N’empêche, c’est très tentant de vouloir trouver une BONNE idée, originale et potentiellement riche.

Des idées, on en a tous à la pelle… Malheureusement, certaines sont « déjà prises ». Parfois, on le sait, parce que ce(s) livre(s) est/sont connu(s). Mais parfois on peut l’ignorer totalement. Qui a lu tous les livres ? Qui sait que ça n’a jamais été fait ? Personne n’a lu tout ce qui a été publié, évidemment.

Il y a donc toujours un risque. Quand je présente un pitch à mon éditeur, je tends le dos avant son retour avec cette première crainte : il va me dire que le sujet a déjà été traité…

De toute façon, l’idée ne fait pas tout. D’un même point de départ, on peut faire des dizaines et des dizaines d’histoires très différentes ! Tout est justement dans le TRAITEMENT.

 4.  Tout a déjà été fait, mais pas par vous !

Qu’on utilise des thèmes, un genre, une idée « déjà utilisés », c’est donc un postulat de base (ou presque).

Ça peut donc faire peur, filer des complexes (mais qu’est-ce que je vais pourvoir apporter de plus, moi ?)… et vous bloquer, vous faire peut-être renoncer… Ce serait une erreur.

En 2011-2012, j’ai suivi une formation à l’écriture de scénarios, fort intéressante, sur Paris. Notre pédagogue, Jean-Marie Roth (auteur de « L’écriture de scénarios »), nous a dit cette phrase : « Tout a déjà été fait… mais pas par vous ! ». Je ne l’ai pas oubliée, la preuve. Je la trouve très juste et décomplexante.

Quels que soient votre sujet/votre genre /votre idée de départ/vos thèmes, vous pouvez écrire un roman unique… Comment ?

  • Jouer sur l’époque et le décor :

En transposant votre histoire dans une époque et dans un décor marqués, il aura déjà un début d’identité.

  • Jouer sur les personnages :

Soignez vos personnages. Donnez-leur une épaisseur, une vérité, une vraie personnalité qui ne les fera pas ressembler à d’autres… Pour cela, un petit conseil : sachez qui ils sont vraiment ! (cela suppose, selon moi, des recherches et des fiches… un travail en amont, et de les porter en soi… tout le temps)

  • Jouer sur le déroulement de l’intrigue :

Même si votre histoire colle à un genre, essayez de surprendre votre lecteur ! Enrichissez-la, créez des rebondissements… Pour cela aussi, je serais tentée de conseiller un vrai travail de structuration avant l’écriture (je procède ainsi, en tout cas).

  • Jouer sur la narration :
  1. Interrogez-vous sur le système des temps : ce que vous voulez raconter fonctionnera-t-il mieux au présent-passé composé ou à l’imparfait-passé simple-etc ? Le rendu est très différent : plus « dans le vif » ou plus littéraire… C’est un vrai choix à faire.
  2. Choisissez bien votre narrateur : qui raconte votre histoire ? Un (ou plusieurs) personnage(s) du roman ? Quelqu’un d’extérieur ? Là encore, ça n’a rien à voir. Il y a des avantages et des inconvénients pour les deux systèmes. Interrogez-vous sur ce que vous voulez donner à voir / à savoir au lecteur, et jouez sur les focalisations (points de vue).
  •   Jouer sur le style :

Avant-dernier point, et pas des moindres… sans aucun doute le plus important !

Ce qui fera l’originalité de votre roman, c’est votre façon d’écrire ! Il faut trouver sa propre voix… c’est votre identité d’auteur, votre marque de fabrique.

Trouvez un ton, soignez votre syntaxe, évitez les lourdeurs, enrichissez votre vocabulaire, insérez des figures de style, … et lisez à voix haute pour évaluer le rendu, pour entendre votre propre musique…

C’est ça qui fait la différence.

Bonne nouvelle : le style peut se travailler (par la lecture des autres auteurs, par la pratique régulière de l’écriture…). A priori, on ne peut que progresser…

Attention, malgré tout : le style ne fait pas tout. On peut faire des phrases très belles et très complexes, très littéraires et très fortes, avoir une voix unique… si l’intrigue est bancale ou s’il ne se passe rien dans votre histoire, le lecteur ne s’y retrouvera pas.

  • Et… faites-vous plaisir :

Ce qui fera de votre roman un roman unique, c’est aussi la sincérité que vous mettrez dedans. Ne cherchez pas à imiter un auteur ou à écrire dans un genre avec lequel vous n’êtes pas à l’aise (parce que ça se vend bien, par exemple) : écrivez ce qui vous plaît avec ce que vous êtes ! Les lecteurs ne s’y tromperont pas.

Je n’ai donc plus qu’un conseil : faites-vous confiance, et écrivez ! Lancez-vous ! … sans pression.

Plus tard, il faudra aussi songer à se renouveler soi-même… histoire de ne pas s’auto-imiter ! Mais c’est un autre sujet…

Des nouvelles du futur roman, enfin !

Je prends enfin le temps de revenir ici pour vous donner de petites nouvelles du prochain roman qui sortira le 3 mai prochain en librairie (et quelques semaines avant sur Kindle, à bon entendeur…). Il sera en avant-première à la Fête du Livre de Quiberon le week-end du 28-29 avril prochain, et j’en suis ravie.

Tout d’abord, si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez dû découvrir son titre, présenté par le homard lui-même 😉 :

Homardprésentekangourou

Je viens de relire les épreuves n°1, et il reste encore plusieurs relectures, mais nous touchons au but. Je dis « nous » car je suis bien sûr accompagnée par ma formidable éditrice Maïté, et par les yeux neufs de deux autres correctrices, afin de traquer la moindre coquille, la moindre maladresse ou potentielle incohérence.

Epréuves1-kangourou

Que dire ? J’espère tellement que cette histoire vous plaira ! … que vous vous attacherez à Antoine, Lou, Rose, Manon et leurs amis, Hermance… que vous serez sensibles au message que j’avais envie de faire passer.

Si vous n’avez pas encore lu « La vie en Rose », mon petit jeunesse illustré par Pauline Robiliard, je vous propose d’y remédier d’ici la sortie, puisque vous y découvrirez Rose et Manon à l’âge du primaire…

La couverture est en voie de finition. Je vous la montrerai dès que possible !

Les épreuves non corrigées parviendront maintenant assez vite à certains libraires, et il me tarde (mais j’ai peur) de recevoir les premiers avis… « La mélancolie du kangourou » sera aussi disponible sur la plateforme NetGalley avant sa sortie.

Après la Fête du Livre de Quiberon, je serai présente avec du homard en poche et du kangourou en broché sur mon étal aux salons de Cosne sur Loire, Vannes, Saumur, le Bois-Plage en Ré… et bien sûr en librairie (n’hésitez pas à consulter la page agenda 2018, qui sera remise à jour régulièrement).

Pour résumer, je suis à la fois impatiente et stressée !

PS : bientôt un article spécial HOMARD.

Passage à 2018 : bilan de l’année 2017 et perspectives

design-3047520_1920

Comme l’année dernière (voir ICI), je me livre à un petit bilan de l’année écoulée, et vais vous donner quelques infos pour l’année qui arrive.

Prêts ?

Bilan de 2017

Sans surprise, l’année 2017 a été une riche année pour moi.

  • Le homard m’a réservé de bien belles surprises, et ce n’est sans doute pas fini !

Pour commencer, j’ai signé dès le mois de janvier un contrat avec la maison d’édition Michel Lafon. J’ai déjà eu l’occasion de le dire mais je réitère : je suis enchantée de cette aventure que je vis avec toute l’équipe, que je remercie pour cette collaboration fructueuse.

Le homard a donc changé de carapace, pour sa sortie en librairie le 18 mai dernier (et même un peu avant en numérique) : www.kizoa.com_collage_2017-04-07_19-45-41De plus, après 6 mois en exclusivité sur Kindle (où il avait fait ses premiers pas, et où il est resté dans le top 100 pendant 11 mois !), le homard a été disponible dès le 1er mai sur toutes les autres plateformes en numérique. Il a d’ailleurs eu un joli succès sur Kobo, notamment pendant l’été, où il a été numéro 1 pendant plusieurs semaines (il l’était aussi ces derniers jours, lors de la promo « des best-sellers »). 20171231_123540Les libraires lui réservé un bon accueil, avec parfois une mention « Coup de coeur ». Merci à tous ceux qui l’ont soutenu et conseillé à leurs lecteurs !

CaptureLerenardquilit

A ce jour, et à quelques  dizaines près, il a totalisé 50 000 lecteurs, tous supports confondus.

  • Grâce au homard, j’ai vécu des moments formidables lors des dédicaces en librairie et en salon (je remercie les libraires qui m’ont accueillie et les organisateurs de salons qui m’ont invitée). C’est absolument génial d’aller à la rencontre des lecteurs et il me tarde (en cette période calme à ce niveau-là) d’y retourner :-). Sans parler des auteurs que j’ai plaisir à découvrir en vrai aussi (c’est très étrange de se retrouver « de l’autre côté »).

Resized_20170910_121901

  • Il y a eu aussi les articles dans les journaux, le passage d’une chronique sur France 3 (merci Samuel ;-)), des interviews et des tables rondes lors des salons du livre de l’île de Ré et du Mans (cf. agenda)…

CaptureCHRONIQUETVVraiment, ce homard m’a apporté énormément !

  • Mes deux premiers romans ont trouvé encore plusieurs milliers de lecteurs (sans doute des homarophiles)…
  • Cette année a vu aussi la mise sur papier en version illustrée (par Pauline Robiliard) de mon mini-roman jeunesse « La vie en Rose ».

avechomard

  •  Côté écriture, j’étais sur deux projets : un recueil de nouvelles et un roman (pour ce dernier, voir plus bas). J’ai écrit les deux en partie en parallèle, mais ça ne m’a pas trop réussi (finalement, ce n’est pas pour moi, ça, mais au moins j’aurai essayé !), donc je me suis concentrée sur l’un puis sur l’autre ensuite. Le recueil de nouvelles est sorti le 1er novembre dernier sur Kindle et  a été disponible en papier en décembre (merci Bookelis !). La couverture est belle, les avis sont (souvent très) positifs, mais les ventes ont été timides… Il paraît que le format « recueil de nouvelles » n’est pas « commercial ». Eh bien, tant pis… Je me suis fait plaisir en l’écrivant (n’est-ce pas l’essentiel ?) et je n’avais pas le temps d’écrire un autre roman !

Instagram me propose pour illustrer mon année 2017                                       ce petit florilège en 9 épisodes :

Best-nine2017

Et pour 2018 ?

Ce devrait être une année chargée !

En vrac :

– La sortie du futur roman (cf. article d’hier), le 3 mai… Tellement peur !

– La sortie du homard en poche (#SCOOP !)… Tellement contente ! (le début d’une 3ème vie pour lui)

– Des dédicaces en librairies et en salons… Tellement hâte ! (rendez-vous sur la page agenda 2018 qui ne saurait tarder…)

Et puis…

Du temps pour écrire +++ (plus qu’en 2017, normalement car je ne devrais plus déménager ! ;-)… et même si le rêve du temps partiel est peut-être encore reporté)… pour écrire 2 ROMANS (l’un pour l’automne en AE, l’autre en 2019 avec mon cher éditeur Michel Lafon)

J’espère aussi qu’en 2018, je pourrai vous annoncer que le homard sera traduit pour être lu hors de nos frontières…

Enfin, que ce soit pour 2018, 2019 ou 2030… Je voudrais vous confier un rêve : voir « La délicatesse du homard » adapté à la TV ou au ciné (oui, je sais, on a le droit de rêver ! … mais vous êtes nombreux à me dire qu’il ferait un très bon film et à vrai dire, je n’en doute pas ;-)… avis aux producteurs !)

Je vous souhaite une merveilleuse année, vous dis un immense MERCI et à l’année prochaine !

pf-2018-3031241_1920

Des petites nouvelles du prochain roman

Je reviens enfin ici vous donner quelques nouvelles, en attendant un article « Bilan de l’année 2017″. Pour aujourd’hui, je souhaite donc vous parler de mon futur roman.

Bien sûr, je ne peux pas trop vous en dire, alors à ceux qui me demande(ro)nt le titre, je dis : « trop tôt ! ». Mais sachez qu’il  est trouvé :-).

Alors, que puis-je vous dire ?

Tout d’abord, pour rappel : cela fait un an que je suis dessus, même si je m’en suis éloignée parfois beaucoup, parfois longtemps (pour cause d’écriture du recueil de nouvelles, « La (toute) dernière fois », ou pour cause d’événements de la vie…). En effet, c’est le 25 décembre 2016 que je me suis réveillée avec l’idée de ce roman. Je m’étais très rapidement mise au travail, avec la rédaction des premières annexes (trame générale, personnages…), et des premiers chapitres dès le mois de janvier… puis je n’y ai plus touché du tout jusqu’à la mi-juillet, comme en atteste mon plan de travail (eh oui, je tiens un tableau qui relate l’avancée du projet) ! (J’étais sur les retouches de « La Délicatesse du homard », la promo, puis travaux et déménagement, emménagement…).  Durant l’été, à défaut d’écrire beaucoup, j’ai rédigé un synopsis de 4 pages, avec le déroulement du roman dans son intégralité, en 80 points (correspondant peu ou prou aux futurs chapitres).  Bien sûr, il ne s’agit pas de rester « crispée »  dessus, mais c’est un bon point de départ, et cela facilite l’écriture ensuite.

J’ai continué l’écriture jusqu’en septembre, par (trop) petites touches… et me suis arrêtée environ au quart du roman. Là, je me suis consacrée totalement à mon recueil de nouvelles. Une fois que celui-ci est sorti, des raisons personnelles et familiales ne m’ont pas permis de me remettre à la suite de l’histoire, mais j’ai pu reprendre tout le premier quart et faire les retouches discutées avec ma directrice éditoriale préférée 😉 (merci Maïté !).

Avec les vacances de Noël, je suis donc à présent « à fond » dans la rédaction de ce roman, qui avance bien ! … et heureusement, car il est prévu que je rende mon manuscrit en janvier (je le rends au fur et à mesure, en fait, mais bon). Grâce à mon synopsis, je sais où je vais, et cela coule plutôt bien. Je dirais néanmoins que l’écriture me semble moins facile que pour le homard (la faute à la pression que je me mets, sans doute ;-)). J’en suis presque aux deux tiers.

Ce roman sortira en librairie le 3 mai (retenez bien cette date !), et normalement en numérique un mois avant (#SCOOP !).

Dès janvier, l’équipe de la Créa de chez Michel Lafon va plancher sur la couverture, et j’ai hâte (vraiment vraiment hâte !) de découvrir leurs propositions… et de pouvoir mettre un « visage » sur ce second titre.

De janvier à mars, ce sera la succession des relectures-corrections-retouches… Beaucoup de travail en vue, mais c’est pour la bonne cause… J’espère tellement qu’il vous plaira ! (J’ai peur, tellement peur… mais je crois que j’ai le temps pour vous le redire;-)).

En attendant… de petits indices visuels, à la manière de ceux que j’avais semés pour le homard… (mais il manque mon personnage principal!)www.kizoa.com_collage_2017-12-28_19-45-22

Joyeux anniversaire au homard !

photo1an

Les deux (3?) homards

Ce mercredi 1er novembre, c’était l’anniversaire du homard :-).

Je ne vais pas faire de ces 365 jours passés un roman, mais juste revenir sur cette aventure, qui a donné raison à une personne chère à mon coeur laquelle avait prédit le 1er novembre 2016 à 10 heures que c’était le début d’une nouvelle vie. C’est vrai… ce sacré homard m’a ouvert les portes d’une aventure de haut vol !

J’ai accédé au rêve inouï d’être en première place des ventes Kindle et d’y rester 50 jours en tout… bien assez pour qu’il intéresse plusieurs éditeurs parmi lesquels j’ai choisi (vraiment sans regrets !!! :-) ) Michel Lafon.  C’est ainsi que le 18 mai dernier, le homard est apparu sur les étals des librairies et dans des salons du livre. Il a fait aussi son entrée sur Kobo, où il a fait partie des meilleures ventes cet été.

Au final, plus de 45 000 lecteurs tout confondu (numérique et versions papier) ont fait confiance à ce roman, et j’en suis encore tout étonnée. A vrai dire, je vais vous faire une confidence : je suis toujours sur mon nuage et j’ai encore du mal à y croire.

J’ai rêvé de fêter une année dans le fameux top 100, et je crois que LDDH l’aurait fait, sans le mois des Indés qui vient de s’achever et qui lui a été « fatal »… Bon, il y sera quand même resté jusqu’au 18 octobre dernier, soit plus de 350 jours (dont 11 mois dans le top 60 ) !

Chers lecteurs, je voulais vous dire un immense MERCI pour votre soutien et votre fidélité qui continue… J’espère que vous aurez envie de l’offrir à Noël 😉 !!!

Le homard n’a peut-être pas fini de me surprendre. Alors, rendez-vous dans un an !

La (toute) dernière fois… c’est pour bientôt !

Je ne vous ai pas encore parlé ici de mon livre à paraître le 1er novembre prochain (il y a  un peu de superstition pour le choix de la date, j’avoue…).

Il s’agit, comme je l’ai déjà évoqué sur les réseaux sociaux, d’un recueil de textes intitulé « La (toute) dernière fois ».

C1-Dernierefois-6x9-pour-numérique

Couverture réalisée à nouveau par Kouvertures

Il sort dans un peu plus de deux semaines, et je ne vous cache pas que je suis encore dans l’écriture ! Pour ce faire, j’ai un peu mis de côté roman 2 (4), avec l’aimable et formidable autorisation de ma conseillère éditoriale chez Lafon (cela m’a déculpabilisée et libérée). Finalement, écrire deux livres en même temps (première tentative), ce n’est pas pour moi… Je pensais que je pourrais mener de front mes deux projets, sous prétexte que ce n’étaient pas deux romans. Que nenni ! Ce n’est pas vraiment « impossible », mais finalement, je ne suis pas parvenue à m’immerger assez dans chacun des projets. Un à la fois, c’est nettement mieux, et beaucoup plus efficace. Cela fait donc  10 jours que je ne suis « que » (en plus du travail à temps plein…) sur mon recueil, et de fait, il a bien avancé.

D’ailleurs, j’y retourne de ce pas. Gros challenge aujourd’hui dimanche ! (article rédigé le  octobre)

Mais avant… je voudrais juste dire que j’ai une trouille bleue (verte, voire de toutes les couleurs) à l’approche de cette sortie… Même s’il ne s’agit « que » d’un recueil de textes, je me sens un peu « attendue au tournant » (ce sera pire avec le roman qui se prépare, cela dit). Heureusement, j’ai une « horde » de fans (le mot est fort mais bon ;-)) qui l’attend et qui sera ravie de retrouver « ma plume » à mi-chemin, parce que certains trouvent le mois de mai trop loin (bien assez proche, selon moi, et pour cause !).

Ce qui est certain, c’est qu’avec ce livre, je ne suis pas dans le « feel-good » et tant mieux (pas envie de porter cette étiquette systématiquement)… et que j’ai un grand plaisir à l’écrire.

Je vous en reparle très prochainement.

Rendez-vous le 1er novembre ?