Archives pour la catégorie Divers

Pourquoi je suis « feel-good »…

Jeudi dernier, nous étions le 22 juin 2017, 10 ans jour pour jour après un événement majeur de mon existence. J’ai éprouvé le besoin d’en parler, par un post sur Fb. Et là, énorme surprise… plus de 230 likes et réactions, une vingtaine de partages… et des commentaires incroyables de gentillesse, qui m’ont touchée au coeur, venus de gens de la vraie vie, comme d’auteurs, ou de lecteurs…

Afin que ce texte ne tombe pas dans l’oubli et dans les limbes de Fb, j’ai décidé de le mettre ici…  :

19275035_474538086217115_7106345158760472328_n

Aujourd’hui, pour une fois, je vais vous raconter quelque chose de très personnel…
Parce qu’un certain 22 juin 2007, je m’éveillais sur un jour inconnu et flippant, et qui m’a finalement réservé un lot de conséquences assez inattendues, qui font que je suis… celle que je suis.
Voilà, c’était il y a dix ans… tout ronds. Et je me souviens…

Il y a 10 ans, à midi, je suis entrée en salle d’opération pour l’extraction d’une tumeur non identifiée (« mais qu’est-ce que c’est que ce truc ? » m’a dit le chirurgien la veille en regardant l’IRM), qui devait être bénigne et qui ne l’était pas… une opération lourde, avec beaucoup de sang perdu et surtout des points d’interrogation. Les soins intensifs, tout un lot d’examens et d’analyses, puis le verdict. Puis la récidive, quelques mois plus tard (c’est « malin », ces choses-là), la peur, l’angoisse de la jeune maman que j’étais… l’envie que les médecins me réopèrent (mais ça n’aurait servi à rien), trouvent un traitement (il n’y avait pas de protocole)… et finalement, grâce aux tout récents progrès de la médecine, ils l’ont trouvé, cette fameuse combinaison de traitements qui a permis que ça ne grossisse pas plus. Les IRM tous les 3 mois l’ont prouvé.
J’en profite pour remercier les médecins et tout le personnel médical qui font un travail formidable (c’est bateau, mais tellement vrai)… et j’ai une énorme pensée pour la psy qui m’a suivie et aidée à surmonter tout ça. Je lui dois énormément.

Après, quand la maladie est devenue stationnaire et la tumeur une simple locataire… il y a eu une sorte de poussée de sève. Un appétit de vie très fort. Parce qu’une épreuve comme celle-ci, ça fait bouger le curseur de votre existence. Ne serait-ce que par le fait d’avoir touché du doigt votre propre fin… A 29 ans, on se croit immortel… alors ça vous donne une claque qui vous rend lucide : il n’y a pas de temps à perdre.

Cette maladie n’est pas venue par hasard. Je sais d’où elle vient, et ce(lui) qui l’a causée. J’ai ressenti de la colère et de la haine, et puis… ça s’est mué en autre chose. Avec 10 ans de recul, j’aurais presque envie de dire MERCI. Parce que la maladie est venue me dire des choses importantes…

Voilà pourquoi je suis mes intuitions, comme sur un fil, et que rien n’est tracé
Voilà pourquoi je choisis ce qui est bon pour moi et que je ne m’encombre pas du reste
Voilà pourquoi je vis trois vies en une…
Voilà pourquoi je m’émerveille d’un rien et que je suis comme une gamine qui verrait son premier coucher de soleil ou qui mangerait sa première barbe à papa
Voilà pourquoi je vois le verre plutôt à moitié (ou tout à fait) plein… et le bon côté des choses
Voilà pourquoi je suis intrinsèquement, passionnément « feel-good »…
Voilà pourquoi « La vie en Rose »…
Voilà pourquoi… je sais pas… aujourd’hui je voulais que vous sachiez que ce que j’écris, ça vient de mes tripes et que c’est sincère.
Que je suis comme ça.
Maintenant, vous savez sans doute un peu pourquoi…

 

MERCI à tous, Merci à la vie.

« Mon » salon Livre Paris 2017

Entrée

Grand soleil et chaleur à l’arrivée

Avec beaucoup de retard (ce n’est pas le travail qui manque, en ce moment), je reviens enfin vers vous pour un petit retour sur ce GRAND moment que j’ai passé à Paris, ces 25 et 26 mars derniers… quelques photos à l’appui.

Je préfère vous prévenir : cet article ne sera pas à la mesure de tout ce que j’aurais voulu dire, et ne pourra pas contenir les photos et les noms de toutes les personnes que j’ai envie de citer ! (et puis il y a le risque d’en oublier) Faute de temps, je vais faire court.

MURaMAZONLe mur d’Amazon

En deux mots : c’était génial.

En quelques mots de plus, voici un résumé des faits :

1) SAMEDI :

Je suis arrivée dès l’ouverture du salon, aux côtés d’Elisabeth Sutton d’ID-BOOX, et me suis rendue directement sur le stand Amazon, où j’ai eu le plaisir de retrouver ma (doublement) collègue Amélie Antoine, ainsi qu’Enzo Bartoli, tous deux en grande conversation avec un homme qui m’a dit avoir lu avec beaucoup d’intérêt mon cher homard… ce n’était autre que le PDG d’Amazon France.

Petit à petit, des têtes connues sont arrivées : Cyril Godefroy, les Vandroux, Alice Quinn, Wendall Utroi, Lhattie Haniel… puis des personnes que je ne « connaissais pas » (ou bien seulement sur les réseaux). Avec Gabrielle Desabers, Tamara Balliana, Valérie Bel et bien sûr Sonia Dagotor (mon acolyte depuis le salon de l’an passé !), les discussions sans fin ont commencé, ponctuées de photos, de selfies à plusieurs, et (quand même !) d’écoute des (ou participation aux)  animations du stand. Quel plaisir aussi de découvrir de « petits nouveaux », tels Eric Costa et LilyB Francis, avec qui nous avons bien discuté à différentes heures de la journée.

IMG_8688QUEQUESainara, lhattie..

J’ai croisé et échangé aussi avec mon collègue Bruno Combes.  J’ai aussi été ravie de discuter avec Julie de Lestrange que je ne pensais pas voir, la croyant partie la veille.

J’ai aussi eu le plaisir de découvrir en vrai l’équipe d’Amazon : KDP, Amazon Publishing, et Audible. Un vrai bonheur que de découvrir le professionnalisme tout en sourire d’Ainara, fraîchement nommée à la tête de KDP. Et puis, quel accueil ! Petits fours etc, nous ont gâtés tout le week-end.

Quelques lectrices-blogueuses sont venues à notre rencontre directement sur le stand. C’était sympa !

En parallèle, j’ai aussi eu l’occasion de discuter longuement avec Samuel Delage, que je salue ! … et je me suis rendue sur le stand de Librinova pour écouter Marilyse Trécourt et Carène Ponte parler de leurs aventures respectives.

Il y a eu l’heure de la photo de classe des auteurs :

photo de classe

La version sage

Jean-Yves Normant et Emilie de Bookelis sont venus me trouver pour faire connaissance et me livrer à une mini-interview décalée.

Puis j’ai enchaîné, en tant que membre d’un jury, avec le speed-dating organisé par KDP, d’où Eric Costa est sorti vainqueur, suivi de près par Laureline Amanieux et par la jeune et prometteuse IlonaTroadec :

GAGNANTS SPEED6DATING

A 19 h est enfin arrivé le moment des dédicaces des livres offerts par Amazon. Après une courte présentation des ouvrages, les lecteurs sont venus nombreux faire la queue devant les 12 auteurs invités, dont j’avais le bonheur de faire partie.

FB_IMG_1491413052086-1

Les 14 exemplaires ont filé comme des petits pains, dans les mains de lectrices et blogueuses… et n’ont pas suffi à satisfaire tout le monde. Je crois que c’est la première fois que des gens attendaient et souhaitaient vraiment repartir avec un roman à moi. Il y en a même qui sont venus « exprès » (je pense à Annie de TLivres TArts, ou à Blandine de Les lectures de Blandine). C’était très plaisant.

La soirée s’est poursuivie au restaurant avec quelques amis auteurs, puis j’ai rejoint, en toute fin de soirée, « l’After des Indés », organisée par Ghaan Ima, une très bonne initiative qui connaît un succès grandissant.

2) DIMANCHE :

Après un agréable petit déjeuner partagé avec quelques auteurs à l’hôtel, je me suis rendue au Salon pour mon intervention « témoignages d’auteurs à succès », en compagnie de Sonia Dagotor, Valérie Bel et Gabrielle Desabers.

INTERVENTIONIMG_8858

Malgré un certain trac en amont, tout s’est bien passé ! Pas de question piège, et seulement du positif et de la bonne humeur. Dans le public, des auteurs auxquels nous n’avons rien appris (!) et quelques personnes intéressées par nos parcours, qui ont bravé la matinité d’un jour post-changement d’heure, alors bravo ! (nous craignions qu’il n’y ait « personne »)

La suite de la journée a ressemblé à celle de la veille (mais en moins dynamique, avec la fatigue ;-): échanges, discussions… avec tout plein de monde. C’était assez drôle de faire connaissance avec mon « concurrent » du top 3 d’Amazon en décembre : Lionel Touzelier.

 VANDROUX TOUZELIER...

Jacques Vandroux, Sonia Dagotor, Cyril Godefroy et Lionel Touzelier

Je suis repartie à 18h, vidée, mais remplie de tous ces bons moments et de la hâte d’être à l’année prochaine pour revoir tout le monde. Pourquoi ? Parce que ce salon,  c’est un peu comme une grande fête de famille ! On discute, on rigole… on partage des expériences, des conseils, des anecdotes. Nous avons tous à apprendre. Il y a du soutien, de la bienveillance… du sérieux, mais sans se prendre au sérieux…

La preuve par l’image, avec la fameuse machine à marque-pages !

MACHINE

 

 

Défi logorallye : je vous rends ma copie

En vue d’un prochain concours, et comme j’aime beaucoup les jeux d’écriture que je pratique aussi dans l’atelier que j’anime, j’ai demandé à ceux qui me suivent sur FB de me donner des mots pour cet exercice. Les voici :

bijoux – jonquille – poison – réussite – sérenpidité – ostensiblement – nager – précipiter – sensualité – basaltique – printemps – manipuler – désuet – triste – pourquoi – sempiternelle – s’épanouir – Maverick – Laure – marquis de la Plaine d’Argencourt – Van Gogh – xylophone – Hitler –  obsolète – madame tout le monde – Paris – salmonelles – pirate – Savoie – nystagmus – tarentelle – Albigeois – chromosome dégénéré – superfétatoire – crépuscule – tribologie – mélancolie – esperluette – surveillant de baignade – langouste – encorbellement – quartz – bière – Baudelaire – gracieusement – paradoxe

Ma mission ? Utiliser tous ces mots dans l’ordre. Voici ma modeste production (comme en atelier, pas de retouches) :

Pour cette soirée, elle mit ses plus beaux bijoux et son parfum le plus cher, aux notes de vanille et de jonquille. Elle renonça à porter Poison, car sa superstition naturelle l’enjoignait à ne rien faire qui pourrait compromettre la réussite de ce moment. Il ne fallait que du positif, du beau, de l’élégant. Chaque détail comptait et rien ne devait être laissé au hasard, cela tenait pour elle d’une sérenpidité. Elle se voyait déjà dans sa robe fourreau montrant ostensiblement ses formes parfaites, à nager comme une sirène au milieu des requins. Il ne fallait rien précipiter, juste laisser faire la magie de sa sensualité, et le charme de son sourire aussi permanent qu’un rocher basaltique. Ses trente-cinq printemps étincelants ne manqueraient pas de manipuler cette bande de gens désuets et tristes. C’est pourquoi elle pourrait leur servir ses sempiternelles phrases toutes faites, par lesquelles elle pourrait s’épanouir comme la reine de la soirée.

Quand elle arriva sur les lieux du dîner, quelques hommes étaient déjà attablés à jouer au poker, comme sortis de Maverick. Laure, la maîtresse de maison, l’accueillit avec l’hypocrisie chère à son rang, au bras de son mari, très digne et le menton relevé, comme par fidélité à ses racines nobles. Ne disait-on pas qu’il avait pour lointain aïeul le marquis de la Plaine d’Argencourt ? Au mur, les tableaux souhaitaient en mettre plein la vue. Le faux Van Gogh se voulait être authentique. Ils avaient beau être de riche lignée, ils n’avaient jamais eu les moyens de se payer une quelconque œuvre d’art. Le xylophone sans son n’avait pas plus de valeur que les tableaux ratés d’Hitler dans sa jeunesse. L’ensemble puait de vieilleries dont le caractère obsolète n’était plus à prouver. Cela se voulait authentique, ce n’étaient que les reliques d’une madame tout le monde à particule, dont le tout Paris se moquait à couvert.

Avant de passer à table dans la salle à manger, les invités furent alors surpris par des serveurs déguisés armés de plateaux où se disputaient verrines et petits fours, sous des « Ah » de contentement. Notre héroïne tria avec soin ce qui lui semblait digeste de ce qui ne l’était pas. Elle avait toujours en horreur les aliments pouvant renfermer quelques salmonelles, rapport à une triste expérience dans son enfance. Un serveur pirate lui mit une flûte à la main, et elle trinqua avec le premier venu, un homme se disant fraîchement arrivé de Savoie, au nystagmus impressionnant. Elle eut grand mal à le regarder normalement, surtout quand il lui promit de lui faire danser la tarentelle lors du bal qui s’ensuivrait. Elle abandonna donc le Savoyard au profit d’un Albigeois, scientifique de son état, qui discourait sur les divers symptômes que subissaient les porteurs d’un chromosome dégénéré, avec force détails, tous plus superfétatoires les uns que les autres. Quel ennui ! Son regard s’égara un instant vers la fenêtre s’ouvrant sur les lueurs d’un crépuscule prometteur. Les envolées lyriques d’un expert en tribologie achevèrent de la plonger dans une étrange mélancolie.

Heureusement, ils se mirent à table. Un vrai soulagement. Mais quand les emplois de l’esperluette sur les devantures de boutiques furent largement détaillés par un surveillant de baignade, elle ne vit qu’une issue : se concentrer sur la langouste dans son assiette, tout en admirant l’architecture à encorbellements de la pièce. Un chercheur d’or frustré qui n’avait mis la main que sur du quartz se fit particulièrement remarquer quand il demanda qu’on lui servît une bière. Elle lui trouva tout à coup de l’intérêt, bien plus qu’à tous les autres. Il se dit fan de Baudelaire et fut mis au défi d’en réciter quelques vers. Il déroula trois poèmes entiers sans fléchir. Elle roula gracieusement une boucle de cheveux en l’écoutant, charmée, ayant même oublié à quel point cette soirée était un raté total au regard de ses attentes. Cette étrange galerie de personnages, pédants ou illuminés, au lieu de l’irriter avait fini par la divertir au point d’en avoir oublié sa mission, raison de sa présence ici. Quel paradoxe ! ne manquera-t-elle pas de penser le lendemain à son réveil.

 

Mon programme au salon Livre Paris 2017

index

C’est bientôt le salon du livre de Paris, et je m’y rendrai pour la deuxième fois consécutive. Cependant, il y a une nette différence avec mon expérience de l’année dernière : cette fois, je suis invitée par Amazon KDP :-)… Il s’est passé tellement de choses en un an !

Je suis vraiment impatiente d’y être ! Ma motivation première est de rencontrer ou revoir mes collègues auteurs, et de partager de bons moments d’échanges avec eux. L’année dernière, j’étais là « en off » et un peu timide. Depuis, certains liens se sont renforcés et de nouveaux ont été créés via les réseaux sociaux, aussi j’ai hâte de mettre un visage et une voix sur tous ces auteurs que je « croise » ainsi. Passer à la réalité, c’est quand même mieux !

Je serai sur le salon de samedi matin (au mieux pour l’ouverture à 10 h) à dimanche en fin d’après-midi, un peu avant 18 h, et très souvent dans les parages du stand Amazon F14 (malheureusement, les éditions Michel Lafon et Bookelis n’ont pas de stand cette année). J’ai aussi prévu d’aller sur le stand de Monbestseller (qui m’avait si gentiment accueillie avec mes livres l’an dernier) et sur celui de Librinova, notamment pour écouter Marylise Trécourt et Carène Ponte. Je compte aussi bien évidemment flâner un peu dans les allées… et écouter mes camarades auteurs sur le stand d’Amazon. J’y interviendrai aussi à trois reprises :

Mon programme en trois volets  sur le stand F14

– Samedi de 16 h 30 à 19 h : je ferai partir d’un jury du Speed-dating de l’auto-édition », lors duquel des auteurs viendront présenter leur projet ou leur publication récente. Je suis ravie de me livrer à cet exercice et d’écouter les auteurs nous parler de leur ouvrage (d’avance bravo à eux, car je ne suis pas certaine que j’aurais le cran de le faire !)

– Samedi de 19 h à 20 h : je ferai partie des 12 auteurs qui dédicaceront leur livre (GRATUIT pour l’occasion ! ). Si vous voulez l’un des tout derniers homards version nounours, et dédicacé, il faudra venir me voir ! :-)… ainsi que les 11 autres auteurs aguerris invités avec moi. Pour la petite histoire, l’année dernière, j’étais à la dédicace en tant que lectrice « fan » et j’avais dit à ma (nouvelle) copine Sonia Dagotor : « L’année prochaine, nous aussi on y y sera ! ». Eh bien voeu exaucé : elle sera avec moi, et les 10 autres ! C’est quand même assez fou, quand on y pense…

– Dimanche de 10 h 30 à 11 h : je témoignerai de mon expérience d’auteure sur KDP en compagnie de 3 auteurs : Sonia Dagotor, Gabrielle Desabers (toutes deux lauréates argent et bronze du dernier concours Amazon) et Valérie Bel, que je suis ravie de rencontrer.

Je ne manquerai bien sûr pas de faire un retour ici, suite à ce grand week-end, et de poster sur Fb et Instagram des photos en live :-).

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Retour sur « ma » Forêt des livres… enfin !

foretdeslivresSitôt installée

(on notera le sublime arrière-plan avec la rubalise ;-))

Je prends enfin le temps de revenir sur mon vécu de la journée du dimanche 28 août, à Chanceaux-près-Loches, pour « la Forêt des livres ».

C’était donc mon premier salon en tant qu’auteure. J’étais située au début de l’allée des auteurs indépendants (lieu différent des « éditeurs indépendants »), juste en face de l’entrée verdoyante du café littéraire où les « stars » se sont succédé dans l’après-midi, et pas très loin du lieu des dédicaces de certains d’entre elles.

Arrivée à 8 h 10, installée à 8 h 30, j’ai disposé d’une table immense (2 mètres de long, je vous promets que ça fait de la surface !). Heureusement, j’avais de quoi l’agrémenter : outre mes livres, j’avais apporté des marque-pages, des cartes de visite, des documents plastifiés, des porte-vues pour chacun de mes deux romans avec chroniques de blogs, etc… et des bonbons (tout à fait inutiles, à vrai dire ;-)).

Les gens ont commencé à arriver dès 9 heures, et à affluer vers 11 heures. Pour ceux qui arrivaient avec les navettes depuis Loches ou Tours, j’étais plutôt au début de leur périple, mais cela signifiait aussi qu’ils repasseraient forcément devant mon stand au retour. Certains m’ont dit qu’ils reviendraient plus tard pour ne pas se charger trop vite, et… l’ont fait :-).

Pour éviter de longs discours, je suis tentée de vous faire une récap en +/- :

Points positifs :

  • Une belle journée en plein air dans un lieu agréable.
  • Beaucoup de visiteurs (des dizaines de milliers, mais je ne sais pas comment ils font pour compter puisqu’il n’y a pas de ticket d’entrée ni de billetterie…!).
  • Beaucoup de gens sont passés à mon stand, souvent un peu vite (ils n’étaient pas là pour moi ;-)), mais je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer (et puis, j’étais bien accompagnée dans les moments plus calmes ;-)).
  • De belles rencontres et des échanges sympathiques avec certains. J’en profite pour remercier ici l’auteur Samuel Delage venu en visiteur et avec qui j’ai eu une discussion très intéressante ! :-)… ainsi que Bea Hb, qui me suivait sur Fb et qui est venue me voir et s’offrir mes livres.
  • La visite d’amis et connaissances, venus (aussi) pour moi ;-). Ils se reconnaîtront ;-).
  • J’ai vendu des exemplaires de mes deux livres : « Histoire d’@ » et « L’Embarras du choix ».
  • J’ai vendu autant de chaque, ce qui tend à prouver qu’ils ont le même potentiel.
  • Deux personnes m’ont pris les deux !
  • Beaucoup de gens ont pris un marque-page et une carte de visite. J’ignore l’impact à plus ou moins long terme, mais bon… ça fait une entrée en matière intéressante et ce n’est pas inutile pour se faire connaître.

Points négatifs :

  • La concurrence 😉 ! 200 auteurs, des centaines de livres « en face »…  J’ai eu pas mal de « touches » de personnes qui n’avaient pas le budget pour acheter 36 livres (et c’est normal)… donc pourquoi parier sur le livre d’une indée inconnue ?
  • Les têtes d’affiche… Ca peut paraître étrange, mais les « stars » à la Une de cette édition de la Forêt des livres sont moins des (grands) écrivains que des « people »… gens de la télé et des médias, etc. Je ne suis pas la seule à l’avoir constaté : cette année, les gens sont venus avant tout pour Renaud, Michel Cymes ou Fabrice Luchini… fort sympathiques au demeurant et doués dans leur domaine, mais soyons clair : un nombre impressionnant des visiteurs venus en balade du dimanche (gratuite) était là pour les voir eux. Je dis bien « voir », car bien des gens sont repartis sans aucun livre, mais avec des photos glanées dans leur téléphone portable. Au final, combien de lecteurs amateurs de romans étaient présents ? J’ai été surprise du faible nombre de personnes reparties avec un livre sous le bras (et si on enlève la bio de Renaud et le livre médical de Cymes… on peut diviser par deux).
  • J’ai vendu… peu de livres. Trop peu au regard de ceux avec lesquels je suis venue et que j’avais commandés pour l’occasion, et au regard de l’investissement (le stand a un coût non négligeable). Autrement dit : j’ai perdu de l’argent (je le dis tout net et sans amertume, mais autant être lucide et honnête, surtout pour « apporter ma petite contribution » aux Indés qui me liront et qui pourraient avoir envie de faire des salons du livre).
  • Une petite frustration digne  de La Palice : tenir un stand, c’est bien,  mais on ne peut pas en bouger… Je connaissais la FDL en tant que visiteuse et j’appréciais de rencontrer des auteurs ou d’assister aux cafés littéraires, etc. Là, j’étais bloquée. Je n’ai même pas pu aller discuter avec des auteurs, même Indés…

Pour conclure :

Bilan mitigé.

J’ai passé une bonne journée, je reviendrai… en visiteuse ! :-)

 

News

blog-970722_1920

Après une période professionnelle intense, je reviens enfin sur le blog pour vous donner quelques nouvelles. Avec l’été, et les vacances, je devrais être plus assidue ici. :-)

  • Malgré le lancement d’une « GrosseOP » par 3 éditeurs sur les plateformes, dont Amazon, qui a valu à mes romans une belle petite chute dans le classement, ils ont depuis remonté. « L’Embarras du choix » est même régulièrement dans le top 200 (ou le top 100 de ses catégories). Je suis vraiment très contente que mes deux premiers romans se portent toujours aussi bien, même en l’absence de promo. Je mesure la chance que j’ai. :-)
  • J’ai confié mon deuxième à plusieurs blogueuses. Les chroniques devraient paraître dans l’été, ICI. Cela a même déjà commencé, avec Blandine (merci à elle).
  • Après deux mois sans avoir écrit une ligne, il va être temps de m’y remettre. Deux mois que je ronge mon frein ! Je bouillonne d’envie. Avant de reprendre le clavier, je vais creuser tout l’historique de mes deux personnages principaux. C’est au programme d’aujourd’hui. Demain, je ferai un article de blog spécial sur le processus d’écriture et mes projets pour le troisième…
  • J’ai été interviewée par une journaliste il y a deux semaines. L’article devrait paraître cette semaine. Je ne manquerai pas de l’intégrer ici. Hâte de voir ça ! (je me demande comment a été résumée 1 h 30 d’une discussion fort intéressante !)

BILAN DE L’offre du mois pour « L’Embarras du choix »

Comme déjà annoncé, c’est l’heure du bilan de la promo du mois.

Du 3 mai au 6 juin, « L’Embarras du choix » était à 1,49 € au lieu de 2,99 € sur Amazon, et faisait partie des 100 e-books qui profitaient de cette fameuse « Promo du mois ».

Je suis entrée dans le top 100 le 10 mai, soit une semaine après le début, et j’y suis restée un mois tout rond, puisqu’à l’heure où je vous parle, je viens juste (aujourd’hui) d’en sortir. L’effet n’aura donc pas duré indéfiniment, mais je le savais d’avance ! Entre les offres éclairs, les « livres stars » qui tiennent le haut de l’affiche et les livres de la promo de juin qui « arrivent », il n’est pas facile de lutter ! Mais ce n’est pas grave : ça fait partie du cycle de la vie d’un e-book sur Amazon.

cLASSEMENTeMBARRAS11mai-11juinIl est monté jusqu’à la 18ème place et s’est longtemps maintenu dans le top 40. Une belle satisfaction. On peut aussi voir la « chute » d’aujourd’hui : dès qu’on quitte le top 100 général, on devient moins visible, et ça dégringole vite.

Côté lecteurs : + 1151, ce qui porte le nombre total de « lecteurs » (acheteurs-emprunteurs il faudrait peut-être dire) à 1605 pour mon petit deuxième !

BilanOffreduMoisLEmbarrasOn voit bien sur ce graphique que tout a changé avec l’offre du mois, et que les ventes s’effondrent vite après. Côté emprunts, j’ai eu le tournis ! Jusqu’à presque 5000 pages lues en une journée : assez délirant (enfin, moi, je n’étais pas habituée).

Côté commentaires, c’est un peu moins drôle : ils tardent un peu à venir, et les derniers sont bien moins bons que ceux que j’avais avant. J’avais déjà eu connaissance de ce phénomène par d’autres auteurs indés : les gens achètent parce que ça n’est pas cher, et sont parfois déçus, ce qu’ils ne manquent pas de dire. C’est le jeu.

« Histoire d’@ » a profité aussi de cette offre, grâce à la visibilité du deuxième, et n’a donc pas chuté. Ce n’est pas négligeable non plus.

En conclusion, je dirais que cette promo du mois a été une excellente chose pour mon livre : il a été visible longtemps dans le top 100, et il a donné envie d’être acheté. J’ai triplé le nombre de lecteurs en un mois, et je n’en attendais pas tant !

Concrètement, je trouve que la promo du mois est plus intéressante à long terme que l’offre éclair.

Des témoignages sur ce sujet ? D’accord, pas d’accord ?

En panne… de temps !

frog-1339892_1920

Very busy

Terrrrrrible constat : je ne lis plus (lecture à l’arrêt, pour un livre commencé il y a presque un mois !), je n’écris plus (pas une ligne depuis plus de trois semaines… et rien avant le 10 juillet, argh, désespérant !).

Ce n’est pas que je n’ai pas envie de poursuivre cette sympathique lecture, ce n’est pas que je suis en panne d’inspiration : c’est que je suis absolument dé-bor-dée et (inexplicablement) fatiguée…

Encore quelques semaines de folie, et je pourrai être disponible pour lire et écrire.  L’année prochaine (scolaire), c’est sûr (je me le jure) : j’écrirai toutes les semaines (envie de dire « tous les jours », mais bon…).

Je ne sais pas comment font mes compères auteurs (pour ceux qui ont un travail à temps plein et une famille « à gérer »)… Je connais une solution : écrire tard le soir ou tôt le matin, quand tout le monde dort… mais je suis une marmotte contrariée.

Amis auteurs, comment faites- vous ? Avez-vous des trucs et astuces ? Etes-vous capables d’écrire par petits bouts (j’ai beaucoup de mal) ou vous faut-il de loooongues plages horaires de silence et solitaires ? Dites-moi tout :-).

Réflexion philosophico-narratologique sur l’adultère, en réponse à des commentaires

broken-heart-1127702_1280

Suite aux deux derniers commentaires reçus sur Amazon, qui font écho à quelques avis déjà exprimés par des blogueuses lors du partenariat avec Livraddict, j’avais envie de parler de ce sujet… un peu « non politiquement correct », qui froisse en tout cas la moralité de certaines lectrices (a priori souvent jeunes, d’ailleurs).

Je ne cautionne pas, et encore moins ne fais l’apologie de l’infidélité ! Certes, mes deux héroïnes sont confrontées à la tentation de l’adultère, mais j’allais dire : et alors ? C’est un sujet littéraire comme un autre. La littérature et le cinéma regorgent de livres et de films qui en ont traité, l’Histoire foisonne d’histoires extra-conjugales… et la réalité d’aujourd’hui, aussi. Partout, l’infidélité se glisse, à la télé, dans les magazines, dans la vie des gens autour de chacun… On dit qu’elle est facile, et on le sait (il suffit maintenant d’un clic…). C’est toujours triste, souvent terrible, parfois sordide… De près ou de loin, on y est toujours confronté tôt ou tard, que ça nous touche nous-même, ou que ça touche des amis proches ou des membres de la famille…  Je ne vais pas sortir les stats officielles (… j’imagine les chiffres officieux…), du nombre de gens « ayant déjà trompé leur conjoint ». Là n’est pas le sujet.

Ce qui m’interpelle, c’est le jugement qui est fait d’un livre parce qu’il traite de ce sujet, et qu’on lui enlève des étoiles par empathie (ou « gêne ») pour le « trompé » (qui, par définition, est toujours « l’idiot » de l’histoire, et de tous temps…).

Je cite : « S’il n’y avait pas eu Guillaume j’aurais mis 5 étoiles » (cette lectrice en a mis 3). Et là se pose une question très intéressante littérairement parlant… Admettons : Guillaume n’existe pas, Mathilde est libre comme l’air. Je résume donc l’histoire telle qu’elle se serait alors passée :

– Mathilde reçoit un mail de Cyril.

– Il lui propose de la revoir.

– Elle accepte de suite (elle n’a rien à perdre)

– Ils se retrouvent et (re)tombent amoureux.

Et voilà ! Trop facile, forcément trop court, plat, inintéressant… une petite romance banale « pour midinettes ».

Et pourquoi donc ? Tout simplement, parce que Guillaume est un élément PRIMORDIAL du schéma narratif, parce que grâce à sa présence il y a un enjeu dramatique… des questionnements, des tiraillements, un conflit intérieur qui est un obstacle à la romance… Mathilde lutte et se refuse à tromper son mari. Elle n’est pas « sans scrupules » et (tout à fait) sans valeurs morales : elle est déchirée, comme on peut l’être. Elle a des failles, des aspérités… une personnalité pas trop lisse. D’où le fait que, je pense, l’histoire, plaît, malgré tout, à la plupart des lecteurs(trices). Les plus grandes (et même les plus belles) histoires d’amour dans la littérature et dans le cinéma ne sont pas les plus simples… et sont souvent contrariées par les circonstances. Sinon, il ne se passe rien !

Ca me rappelle quelqu’un qui m’a dit qu’Emma de « L’Embarras du choix » était une S… (pourtant tout n’est que le fruit de son imagination). Madame Bovary et bien d’autres en sont de belles aussi, et quant à ces messieurs… ils ne sont pas en reste. D’ailleurs, je ne saurais trop que conseiller « Son carnet rouge » , recueil de nouvelles de Tatiana de Rosnay qui n’évoquent que ce sujet, qui décidément a fait, fait, et fera couler beaucoup d’encre…

Ces livres ou ces films font écho à une réalité certes bien réelle (alors  oui, ça peut mettre mal à l’aise et faire peur), mais ce ne sont que des histoires… Il faut le prendre comme ça. La littérature, ça donne à réfléchir (je le revendique, et c’est pour cela que je recherche le réalisme), mais c’est aussi fait pour lâcher prise, non ?

Et vous, qu’en pensez-vous ? Mettez-vous de côté votre « moralité » pour juger de la qualité d’un livre ? Trouvez-vous antipathique un personnage qui n’agit pas comme vous le feriez ? N’hésitez pas à réagir en laissant un commentaire.

Quant à moi, je tiens à rassurer mes lecteurs : il ne sera nullement question d’adultère dans mon prochain roman !!!  😉

Bilan de l’offre éclair

Une semaine après, il est temps à présent de faire un petit retour sur l’offre éclair !

Dès le réveil, j’avais déjà vendu 16 livres, ce qui est une grande première ! La courbe rouge est montée en flèche, surtout dans la matinée, puis en fin d’après-midi. Partie 747ème la veille, le 19 avril, j’étais 183ème à midi, puis 23ème vers 16 heures !

N°23TOP100

Je suis vite entrée ensuite dans le top 10. La journée s’est terminée à la troisième place avec 302 ventes. Je savais que ce petit bonheur-honneur serait de courte durée, mais c’était plaisant d’être encore bien placée le lendemain matin, oscillant entre la 3ème et la 5ème dans un premier temps.

3èmeplacelelendemainA titre de comparaison, de la sortie du tiroir en juin 2015 au 19 avril, j’avais vendu 333 livres, dont 298 en numérique. Autant dire que l’offre éclair a été, comme promis, un coup de projecteur-coup de canon ! :-)

Je remercie d’ailleurs au passage les auteurs, les lecteurs qui ont partagé l’information et m’ont amené de nouveaux lecteurs.

Je ferai bientôt un bilan du mois d’avril, où il sera question à nouveau de « l’effet offre éclair » .

A l’heure où je vous parle, ce 28 avril, je suis toujours dans le top 100, et c’est une vraie satisfaction de ne pas en être sortie !