Archives pour la catégorie Divers

Week-end iodé = week-end inspirant

DSC_0305

Premier week-end de décembre, et avant deux semaines denses côté travail, je me suis échappée au nord du Finistère.

Paysages de récifs, de vagues et de vent, magnifiques et incroyablement dépaysants,  ressourçants même, si l’on peut dire.

Bref, armée de mon appareil et donc revenue avec quelque quatre cent photos (oui, je peux le faire), j’ai eu ce soir une petite révélation.

Puisque je cherchais, pour mon troisième roman qui peu à peu s’étoffe dans mon esprit, un lieu reculé et intéressant, eh bien c’est fait : je crois bien que mon héroïne ira flirter avec les côtes de la mer d’Iroise.

Bon, encore faut-il, avant d’attaquer le troisième, finir le deuxième. Objectif numéro 1 des derniers jours de l’année.DSC_0496

 

Indé »e »… et fière de l’être

11223737_1470985186565555_1902412494139180288_n

A l’heure où Amazon a couronné  d’un Prix trois auteures auto-éditées (photo, et bravo !), et en cette période de transition entre la rentrée littéraire et la remise des prix Goncourt et cie, j’avais envie de me lancer dans un petit billet d’humeur.

La presse papier comme le web ont une certaine tendance à snober les auteurs indépendants de la sphère numérique…,  comme certains (grands) éditeurs. On leur reproche leur amateurisme, principalement, pour résumer… On dit qu’ils ont été refusés par les éditeurs… Or, d’une part nombre d’entre eux n’ont même pas tenté d’ouvrir ces portes-là. D’autre part, les « comités de lecture » assurent un filtre serré, mais plus que potentiellement faillible : combien de livres d’anonymes sont réellement lus ?  La non correspondance à la « ligne éditoriale » (unique justification de refus) a bon dos.

Bien des auteurs à succès ont été refusés… Proust, ou J. K. Rowling, dans un autre genre, n’ont pas été reconnus à leur juste valeur.

Il en est de même pour certains auteurs de l’auto-édition, venus à elle « par dépit », parfois (quoique, finalement…), et qui, forts de leurs ventes miraculeuses, se voient offrir sur un plateau un contrat d’édition papier, en librairie. Le rêve de tout auteur indé ? Pas vraiment : un certain nombre d’entre eux veulent rester auto-édité, auto-éditeur. Pourquoi ? Parce qu’il y a du bon et du « valorisant » dans ce concept-là : on peut prendre goût à mener sa barque seul, dans une liberté qui peut-être enviable . Après tout, seul maître à bord, l’auteur auto-édité choisit son propre texte, sa couverture, sa 4ème de couv,  son lancement, son  prix, ses promos,… tout.

Maintenant, les éditeurs (sur)veillent les meilleures ventes des indés, et vont parfois jusqu’à leur faire les yeux doux. D’où un fait non négligeable : le numérique peut mener au papier, et offre de toute façon une belle vitrine.  Conclusion : on peut donc s’épargner la peine (et le coût) d’envoyer des exemplaires aux éditeurs parisiens. Cela s’appelle : faire ses preuves par les lecteurs.

Et il y en a, des pépites, dans l’auto-édition ! et que l’on trouve pour moins de trois euros le plus souvent.

Alors, oui, il y a aussi du moins bon, des textes truffés d’erreurs, des autobiographies qui n’intéressent que leur auteur… mais après tout, quand je vois la « médiocrité » de ce qui sort en librairie, parfois… et les coquilles restantes chez les grands éditeurs, je me dis : on n’a pas à rougir de ce statut qui nous permet le principal : ECRIRE POUR ETRE LU.

Et surtout, il faut nous reconnaître une chose : nous n’avons sûrement pas moins de mérite que les écrivains publiés à compte d’auteur, qui ont acheté à prix d’or la sortie de leur livre (accompagnée des services de graphisme, correction, etc), et qui devront « ramer » pour le faire connaître. J’en sais quelque chose : j’ai effectué des corrections et des « sélections » de manuscrits pour deux éditeurs… ( d’ailleurs, quand le correcteur réécrit tout le livre, je me demande qui est l’auteur réel).

J’ai sorti mon roman en juin, me jetant dans l’inconnu, avec un pseudo derrière lequel je me cachais… et j’ai intégré une communauté, une sorte de grande famille, celle des indés. Partant de rien, grâce aux uns et aux autres, j’ai beaucoup appris, et surtout j’apprécie quotidiennement les messages, les avis, les conseils, les encouragements de tous, envers les uns et les autres. Il y a une humanité, une solidarité, non dénuée de sourire et de bonne humeur,  que je ne pensais pas trouver là, et je veux remercier ces auteurs… notamment ceux du groupe Fb auquel je fais allusion, et qui se reconnaîtront. Merci et bravo à vous tous.

Vivent les Indés !

 

PS : merci à Amélie Antoine dont j’ai piqué la photo. Et encore bravo à notre ambassadrice qui porte haut les couleurs de l’auto-édition :-).

 

 

Problème technique

Je suis désolée de vous imposer une énorme photos à droite, là, sur la page !

L’emplacement est arrivé comme par magie… et je n’arrive pas à l’enlever, ou même à le réduire.

 

Je fais ma pub :-)

J’aime beaucoup les nuages de mots, et maintenant je sais en faire !

J’ai décidé d’en faire une sorte de « marque de fabrique », visible et reconnaissable. Certains auteurs s’amusent à faire des montages photos avec leur livre, ce que je trouve super mais ce que je ne sais pas faire (et puis, l’idée est prise, je n’ai pas envie de plagier).

Donc moi, ce sera les nuages de mots. :-) Je viens d’en inventer une série…

En voici donc un  : NUAGEDEMOTSpubLike

La suite dans les prochains épisodes.

Il manquait quelque chose…

… à ma panoplie d’écrivain.

L’écrivain et son chat, ça fait cliché. Mais ça me donne un joli  prétexte pour vous présenter Luna, dont la toute récente présence à la maison m’apporte déjà beaucoup.

Ah… les chats…

DSC_0080

PS : vous excuserez le cadrage, mais cette coquine ne prend pas encore la pose et bouge beaucoup pour mon appareil photo un peu fatigué…

Histoire d’@ sommeille un peu, mais…

eiffel-tower-522344_1280manhattan-336708_1280

La rentrée (s’)est (bien) passée. Beaucoup de travail, pour la mise en place de cette année.

« Histoire d’@ » est bien noté sur Amazon, mais manque de visibilité, donc… pas vu, pas lu ! Je suppose qu’il se réveillera quand le second roman fera son apparition (courant novembre, j’espère). Avec un bon démarrage, il pourrait remettre en lumière le premier. Je compte sur mes « fans » ! 😉

Côté écriture, je suis « en pause ». J’attends les retours de quelques lecteurs-testeurs pour mon second livre, et une chose est sûre : la réécriture ne s’annonce pas facile. Il y a du travail. Hâte de m’y mettre, mais je laisse reposer, et mûrir…

En attendant, j’ai fait aujourd’hui quelques recherches en vue de mon troisième roman. Je peux déjà le dire : il sera TRES différent des deux premiers (dans la thématique comme dans la forme). Ah ah !… suspens… :-)

 

Retour sur…la Forêt des Livres

J’ai passé un moment délicieux, malgré une insolente chaleur, ce dimanche à Chanceaux près Loches, pour cette grande manifestation qu’est « La Forêt des Livres », surnommée « le Woodstock de la littérature ».

Au milieu d’arbres centenaires, entre étang et château, on flâne dans un cadre champêtre à la découverte d’auteurs de renom et de personnages médiatiques. Impossible de tous les citer, tant le tout Paris (la télé, la politique, la littérature ou la cuisine) semble s’être donné rendez-vous dans ce coin perdu de province, où murmurent encore les grands noms des artistes de La Pléiade, Ronsard, Rabelais, puis Balzac, plus tard…DSC_0012

Dans une ambiance sympathique et pleine d’humour, Gonzague St Bris a rappelé l’histoire de cette journée « entre amis » très particulière et âgée de 20 ans cette année, et décerné des Prix à certains, qui nous ont fait rire, et parfois émus.

La foule était impressionnante. Pas loin de 100 000 personnes pour fêter cet anniversaire.

Comme je l’espérais, j’ai pu échanger quelques mots avec certains auteurs, dont Eric-Emmanuel Schmitt et Tatiana de Rosnay, à qui j’ai offert (avec une audace non dénuée de modestie 😉 ) mon livre… Et à mon grand étonnement, cette grande auteure s’est montrée intéressée, m’a assurée de me lire et m’a demandé de le lui dédicacer… demande qui m’a (ô combien) surprise, et touchée. Un grand honneur pour moi, vous imaginez ! DSC_0066TDRdécouvrantmon livre

La télé était là, et une journaliste s’est trouvée à interviewer E-E Schmitt juste devant moi. Ce qu’il reste sur la vidéo (ICI) de ce qu’il a dit est très succinct… Dommage, car c’était très beau. Ce qui m’a le plus marquée, c’est sa manière de qualifier le livre de « main tendue vers le lecteur » (ce qui m’a décidée à lui tendre la mienne !), et, par ailleurs, sa grande humilité (de dire par exemple qu’il préfère mille fois entendre « merci » que « bravo », et c’est vrai que ça veut dire beaucoup…).

Journée magique.

J’ai aussi rencontré des auteurs auto-édités (ou quasiment), et des écrivains publics… et j’ai comme l’envie de m’y faire une (toute petite) place l’année prochaine… :-)

 

La forêt des Livres, c’est demain !

La Forêt des livres, à Loches, fête son 20ème anniversaire demain !

Un univers champêtre et agréable, des colloques et cafés littéraires, des rencontres avec des auteurs de tous horizons (médiatiques, ou pas du tout)…

Une belle journée s’annonce pour cette veille de rentrée littéraire.

Hâte d’y rencontrer et d’échanger quelques mots avec ces écrivains de renom que sont notamment Tatiana de Rosnay, Eric Emmanuel Schmitt ou Didier van Cauwelaert… pour ne citer qu’eux !

Je ferai un petit billet « retour sur » cet événement dans les prochains jours.

https://www.facebook.com/foretdeslivres?fref=ts

Retour de petites vacances : divers

Après un court séjour (complètement déconnectée du monde) dans le massif du Sancy, et avant de me remettre à la fin de mon premier jet, j’avais envie de partager deux choses avec vous :

  1.  La joie de lire pour la première fois une chronique à propos de mon roman « Histoire d’@ », sur le blog de Chérylivres (c’est ICI). Et j’ai aussi beaucoup apprécié son mail pour m’en avertir, dont ces quelques mots : Je tiens à vous remercier chaleureusement pour cette lecture, qui m’a beaucoup touchée et fait rire en même temps. Vos personnages sont très attachants et j’ai passé un moment très agréable en leur compagnie. Merci encore pour cette merveilleuse lecture.      J’espère que cela donnera envie à de nouveaux lecteurs de découvrir mon roman !
  2.  Le bonheur que j’ai éprouvé à la lecture de Pars avec lui, d’Agnès Ledig. Une belle histoire, des thèmes qui me sont chers et qui sont si bien traités, des personnages vivants, un peu de philosophie en forme de leçons de vie, une écriture multi-voix agréable et fluide. Troisième opus, troisième pépite. Merci Agnès !