Archives pour la catégorie La Délicatesse du homard

Retour sur l’avant-première du homard

En ce grand jour (18 mai 2017, sortie en librairie), je viens vous raconter les premiers pas du homard à Saumur, à l’occasion des Journées nationales du Livre et du Vin qui avaient lieu le week-end dernier.

AfficheLivreet vin2017

20170518_151813-bis

J’étais dans le « Mais aussi… », donc ne cherchez pas ma tête 😉

Jour 1

Je suis arrivée vers 14 h 15 dans l’entrée du théâtre du Dôme de Saumur, et j’ai fait « connaissance » avec les lieux (pas vraiment) et avec les organisateurs. J’ai tout de suite vu que j’étais dans la même salle que mes deux collègues de chez Michel Lafon : Amélie Antoine et Léa Wiazemski. Une première bonne surprise !

20170513_143932

Les auteurs sont arrivés en masse, et avec eux, Florian (mon éditeur) et Anissa (attachée de presse de la maison). Ces deux derniers m’ont alors rassurée sur le nombre de livres disponibles (pour la petite histoire, il y a eu des commandes supplémentaires de libraires qui ont causé une « pénurie »; stock vide ; alerte rouge : la libraire qui s’occupait des livres pour le salon n’a pas pu avoir le compte prévu… mais c’était sans compter sur le professionnalisme d’Anissa et de Florian qui ont trouvé une solution !). Petit hommage au passage :

20170513_154644

            L’ouverture des emballages en plastique (il faut être polyvalent !)

A 15h, tout était prêt !

Qui dit « salon local », dit « connaissances qui viennent vous voir », donc j’ai rarement été seule ! (et quand c’était le cas, je discutais avec mes voisins auteurs, ou bien Florian et Anissa).

Amandine G. était en première place pour recevoir mon livre dédicacé. Un grand merci à elle !

Mon « coach » est venu aussi, ainsi qu’une ex maman d’élève avec sa (grande) fille, qui me suivent depuis un petit moment.

Mes trois meilleures amies sont venues groupées et ça m’a fait très chaud au coeur, alors pour une fois (et avec leur permission), je me permets de vous les montrer : 20170513_164429

Gwen, Christelle et Isa

Effet de l’article dans le journal d’Angers* (mais pas de Saumur) ou non, beaucoup d’inconnu(e)s sont aussi venu(e)s à moi durant tout le week-end. Certains m’ont dit « avoir entendu parler » de mon livre !

20170513_103731-1

Article dans le CO du 13 mai

L’après-midi fut assez calme, globalement (par rapport à mes souvenirs de visiteuse, mais d’habitude le salon se déroule sur la seule journée du dimanche). J’étais quand même ravie de mes 12 romans dédicacés en 3 heures…

En attendant le dîner, j’ai discuté avec ma copine Amélie Antoine, puis nous nous sommes rendus au manège Kellerman pour « le grand dîner ». Je me suis sentie alors catapultée dans « le monde de l’autre côté ». Une drôle d’impression. Il n’y avait pas que des auteurs, parmi les 200 à 300 invités. J’ai fait partie d’une très chouette tablée et fait de sympathiques rencontres.

Resized_20170513_210952-bis

Une partie des 12

Puis je suis rentrée chez moi, habitant trop près pour loger à l’hôtel.

Jour 2

Après Gonzague Saint Bris la veille, j’ai changé de voisin pour le dimanche : Stéphane Hoffmann, dont je possède deux romans chez moi, et qui est d’une gentillesse ! Nous avons bien discuté avec sa voisine, Sophie Bassignac.

La matinée a été caaaalme. Effet de la passation de pouvoir entre les présidents à la télé ? de la concurrence de la remise des prix dans la cour de la mairie ? On se serait crus privés de visiteurs ! J’ai donc pris cette photo ultra conceptuelle :

20170514_105551

Le repas de midi a été étonnant mais diablement délicieux (merci aux chefs des restaurants présents) ! L’occasion de discuter avec d’autres auteurs, notamment de ceux qui avaient partagé notre table la veille. Jérôme Attal (Goncourt en 2022) m’a beaucoup fait rire !

20170514_124103 20170514_124317Notre petite équipe : la team Lafon de ces 13-14 mai à Saumur (avec Léa, Amélie, Anissa et Florian)

L’après-midi a compensé le calme du matin ! J’avais presque la queue devant moi par moments ! En plus de quelques amis ou connaissances, qui m’ont aussi fait l’honneur de venir me voir et de me demander un exemplaire de mon livre, il y a eu plein de belles rencontres ! C’était vraiment très agréable et chouette de discuter avec ces futurs lecteurs, souvent lectrices, emballées par la couverture et dont la lecture de le C4 confirmait souvent l’envie de se laisser tenter. Je pense notamment à plusieurs personnes qui ont choisi le homard comme cadeau pour la fête des mères. Je pense aussi à cette dame qui m’a dit qu’à chaque salon, elle choisissait un auteur « inconnu », et qu’elle m’avait choisie moi pour Saumur (elle m’en a pris deux, dont un pour sa maman). Je pense encore à cet homme qui devait relever un défi culinaire et cuisiner un homard deux jours après, et qui s’est laissé tenter juste pour le titre en clin d’oeil.

Je remercie aussi Sandra Martineau, auteur de thrillers mais pas que (;-)), qui m’en a pris deux, l’ayant elle-même lu et adoré récemment.

Bilan : 37 homards en papier partis claquer des pinces dans des maisons, dont un tiers achetés par des connaissances (d’où l’intérêt d’un salon « local »).

Cet article n’en finit pas de se finir… ;-).

Pour conclure, j’ai passé un week-end magique, et la présence de mes amis, de ma famille et de « ma team » n’est vraiment pas étrangère à ça ! Je suis ressortie confiante pour la suite (il faut dire que j’ai eu aussi une très bonne nouvelle), et surtout avec la certitude que mon éditeur est tip top !!! (je l’ai bien choisi ;-)).

20170514_181656

Le stylo porte-bonheur, indispensable

Enregistrer

Comme à l’aube d’une deuxième vie

dandelion-1557110_1920

J-7 pour la sortie en librairie de « La délicatesse du homard », mais J-2 avant son entrée en scène. Eh oui, ce samedi 13 mai, si proche, ce sera l’avant-première du homard au Dôme de Saumur, dans le cadre des Journées nationales du Livre et du Vin.

Cette fois, la deuxième vie du homard va vraiment commencer. Après quelque deux cents jours en numérique (et en papier discret), le voici qui revêt une nouvelle existence, concrète, palpable et bien réelle, auréolée de deux mots qui m’étonnent encore : « Michel Lafon ».

C’est dingue, quand j’y pense… Quand je me suis lancée dans l’autoédition, il y a bientôt deux ans, je n’avais qu’un « exemple » en tête : le rêve devenu réalité d’Agnès Martin-Lugand. Je m’étais promis que je n’irais pas  (plus) au devant des éditeurs en envoyant des manuscrits… mais que peut-être l’un d’entre eux me repérerait sur Amazon (le rêve de tant d’autoédités, évidemment). Et c’est ce qui s’est passé. Pas pour le premier, ni pour le deuxième… mais la troisième fois a été la bonne, à un moment où, à vrai dire, je n’y pensais plus vraiment. Indée, j’étais bien. Mais bon, quand plusieurs éditeurs ont toqué à la porte de ma boîte mail, et que j’ai recueilli leur avis de professionnels, j’ai senti qu’une autre aventure se présentait et que je ne pouvais pas la refuser.

Dans une semaine, le rêve de voir un de mes romans en librairie va se réaliser. Et, en plus, je tiens à le dire, tout cela grâce à une maison d’édition formidable (écoute, aide, soutien, efficacité, confiance ne sont pas de vains mots).

Dans deux jours (j’ai peine à y croire !), des lecteurs viendront me voir à Saumur, pour découvrir mon homard tout frais sorti de chez l’imprimeur. Comme ce n’est qu’à une trentaine de kilomètres de chez moi, j’aurai la chance aussi d’être « visitée » par mes proches, amis, etc… Je suis sûre de ne pas me sentir trop seule au milieu de tous ces talents ! Et puis, deux collègues auteures et deux membres de l’équipe Michel Lafon seront là, et non des moindres. Voilà qui promet un week-end riche !

Je vous attends… aussi nombreux que possible. J’ai tellement hâte de rencontrer de nouveaux (ou pas) lecteurs et de prendre le temps de discuter avec eux !

Et pour ceux qui sont trop loin de cette belle ville de Saumur : rassurez-vous, apparemment je vais voyager dans les semaines et mois à venir…

Oui, c’est bien une nouvelle vie qui commence, et pas que pour le homard :-).

Dans les préparatifs de la sortie

marque pages

Je viens vous donner quelques nouvelles. Tout est en train de s’accélérer (même si depuis la signature du contrat avec Michel Lafon début janvier, le rythme a toujours été soutenu ! … avec le choix de la couverture, les relectures et retouches du texte…) : dans moins de trois semaines, le homard sera disponible en librairie ! Et dans 14 jours exactement, je serai à Saumur aux Journées nationales du Livre et du Vin, pour son avant-première.

J’ai le trac ! Un mélange d’envie et de peur d’y être. Evidemment, et comme tout le monde, j’ai envie que « La délicatesse du homard » rencontre et trouve son public,  et qu’il « marche », que dis-je, qu’il coure !!! Nous rêvons tous du best-seller… et quand on voit les chiffres de certain(e)s, c’est assez hallucinant. Entre les 220 commentaires amazoniens, les chroniques positives qui se multiplient aussi… après tout, il est normal d’espérer, tout en restant lucide. Un succès en numérique ne se vérifie pas toujours en papier. Donc, oui : j’ai peur ! Mais surtout hâte de rencontrer tous ces nouveaux lecteurs.

Mais en attendant, rien de tel que de se plonger dans du concret :

Le homard est parti à l’impression, ça y est.                                                       – Les marque-pages sont arrivés chez Michel Lafon cette semaine aussi.   Je vais recevoir mes exemplaires la semaine prochaine. J’imagine déjà l’émotion que je vais ressentir à l’ouverture du carton !

Le concours « logorallye » que j’ai lancé auprès de mes abonnés semble prometteur en termes de participants, je suis ravie ! (je me rappelle du « flop » quand j’avais proposé le même exercice il y a 18 mois avec « Histoire d’@ »… 5 participants de mon entourage que j’avais dû supplier… du coup, je ne l’avais pas proposé pour « L’Embarras du choix »). Je suis impatiente de lire les textes ! (certains m’ont déjà été envoyés)

J’ai reçu aussi la semaine dernière une très chouette nouvelle : je ferai partie des auteurs du salon « L’île aux livres »  du 21 au 23 juillet, sur l’île de Ré. Je suis vraiment ravie !

Avec tout ça et ma vie perso (travail, famille, déménagement à préparer…), je n’ai pas le temps d’écrire :-(. Pas une ligne depuis le 15 janvier ! Quand je relancerai la machine, je vous le dirai 😉 (ce sera en juillet).

 

 

 

 

Enregistrer

ENVIE DE GAGNER UN EXEMPLAIRE dédicacé? Concours pour les abonnés

creative-725811_1280

J’ai envoyé ce jour à mes abonnés un mail donnant la consigne d’un petit jeu d’écriture (logorallye), en guise de  concours. Le(s) gagnant(s) remportera/ont un exemplaire dédicacé et verra/ont son/leur texte présenté ici.

Envie de participer ? Alors à vos plumes !                                                      Mais d’abord… abonnez-vous ici : http://eepurl.com/btOMrT (une nouvelle gourmande vous sera offerte en cadeau), puis envoyez-moi un mail pour recevoir toutes les infos :-).

Vous avez jusqu’au 18 mai pour envoyer votre oeuvre :-).

Enregistrer

Le homard invité à Saumur pour son avant-première

Comme vous le savez, « La délicatesse du homard » sortira en librairie le  18 mai, aux éditions Michel Lafon.

Cependant, je suis ravie de vous annoncer qu’il sera en avant-première au Salon du livre et du vin de Saumur, le samedi 13 après-midi et le dimanche 14 mai toute la journée.

Pour recevoir avant tout le monde un exemplaire dédicacé du homard dans sa nouvelle carapace, vous savez donc où vous rendre !

J-30… ça approche. Je vous espère nombreux pour cette grande première !

Toutes les infos (programme, auteurs…) ici : Livreetvin.com.

AfficheLivreet vin2017Pour les autres dates de dédicaces, je vous invite à consulter la page que j’ai créée ICI.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le homard en offre éclair

Hier, « La délicatesse du homard » était en offre éclair sur Amazon, en numérique, au prix de 0,99 €.

www.kizoa.com_collage_2017-04-07_19-45-41

Pour l’occasion, il avait revêtu sa toute nouvelle carapace :-), et une version réajustée du texte (pas tout à fait le texte définitif exact, mais l’équivalent des « épreuves non corrigées » reçues par les libraires et les journalistes).

Malgré un temps d’été en ce  9 avril, les gens ont quand même répondu « présent » (merci à tous ceux qui ont partagé la nouvelle sur Fb). 705 homards vendus en cette seule journée ! J’ai profité de ce petit événement pour proposer un petit concours sur Facebook : prévoir le nombre de ventes. C’est Loli Artésia qui s’est approchée le plus du nombre exact, avec un pronostic de 742. Merci à tous les participants (il y en a qui avaient vu petit, et d’autres (bien trop) grand ! ;-)) et bravo à elle ! Elle remporte un exemplaire dédicacé de mon roman, que je lui enverrai dès réception de mes exemplaires perso.

Parti de la 19ème place, le homard est arrivé en haut du top et y est encore pour quelques heures, juste devant Guillaume Musso et mon collègue Bruno Combes.

Capture10-04-1er

Ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est à ce que les deux autres romans profitent de l’embellie. Or, ce matin, tous les indicateurs sont en vert (ça faisait longtemps) :

CaptureEFfetoffreéclair-10-04

Maintenant, reste à savoir combien de temps le homard pourra se maintenir dans le top 10… Mystère !

Enregistrer

Je vous dévoile la nouvelle couverture

Pas de nounours, ni de homard,

Délicatesse du homard-versionFINALEmais Axelle-Elsa les pieds dans l’eau…

Voici donc la future couverture de mon homard, concoctée par l’équipe de chez Michel Lafon. Tout le monde (ou presque) a mis sa contribution, pour donner son avis, à chaque proposition nouvelle de l’équipe de créa. En tout, j’ai dû en recevoir une bonne vingtaine (dont un homard, des nounours, des bottes…) ! Le choix n’a pas été facile (parfois, les éléments ont choisi pour nous ;-)), mais n’a pas non plus été cornélien. Et puis, j’ai été sollicitée à chaque fois pour donner mon avis et faire progresser les recherches. C’était extra !

Maintenant que je sais à quoi ressemblera mon livre, j’ESSAIE de l’imaginer sur les rayonnages des librairies, et je n’y arrive pas vraiment… Le 18 mai (date officielle, mais il se pourrait bien que certains puissent l’avoir avant 😉 ; j’ai deux surprises à vous annoncer, que je garde au chaud pour l’instant).

Vous la montrer a quelque chose d’émouvant. J’espère qu’elle (vous) plaira.

Enregistrer

Enregistrer

Chez Michel Lafon…

20170216_100144

Hier, je me suis rendue à Paris, dans les locaux de « ma » maison d’édition (ça fait drôle de dire ça !) pour y passer la journée. L’occasion de rencontrer pour de vrai mon interlocuteur-depuis-les-débuts, Florian Lafani, et de faire connaissance avec les membres de l’équipe avec qui j’aurai l’occasion de travailler.

J’y suis allée avec le trac, et j’ai franchi la porte dans un sentiment de surréalité, mais finalement, je m’y suis sentie très bien. Et pour cause ! En toute sincérité, l’accueil de chacun a été extra. C’était souriant, riant, agréable et vraiment sympathique. Tout le monde avait l’air content de me voir, … et moi donc ! Vraiment chouette.

Bon alors : qu’y ai-je fait ?

Tout d’abord, nous avons discuté de nouvelles propositions pour la couverture… En effet, après en avoir reçu par vagues une quinzaine par mail, de nouvelles propositions m’attendaient… dont, sans doute, une version proche de celle qui sera choisie au final. Une vingtaine de couvertures, souvent très différentes, il y a de quoi avoir… l’embarras du choix 😉 ! C’est vraiment intéressant, toutes ces conversations autour des couvertures possibles (et il y en a !)… entre ce qui marche « psychologiquement » ou graphiquement, esthétiquement ou « marketinguement »… ce qui ne marche pas car déjà vu, trop banal, ou trop ressemblant à… C’est tout un art de trouver LA bonne couverture !… et de se mettre dans la peau des lecteurs potentiels qui viendront en librairie et dont les yeux se poseront sur mon livre. Il faut qu’ils aient envie de le prendre, et de lire le texte au dos. Et ça, c’est primordial. Le choix de la couverture est déterminant dans la réussite future du livre, ce qui met une jolie pression sur ce choix. A l’heure qu’il est, nous sommes donc sur la bonne voie, mais la couverture n’est pas encore officiellement choisie. Il me tarde de vous la dévoiler !

J’ai rencontré Anne et Fanny, responsables de la presse nationale et des relations avec les libraires. Un échange à trois voix naturel et très plaisant. Où l’on m’a confirmé que mon roman serait envoyé à des journalistes et que des libraires pensaient déjà lui réserver un bon accueil (dédicaces qui se profilent). Visiblement, le titre séduit ! (pour rappel, le livre a été présenté sans couverture et… sans texte ;-)… heureusement, l’équipe de chez Lafon croit en son succès et le fait déjà savoir, ce qui est incroyable et très touchant).

Je n’ai pas pu rencontrer la responsable des salons, en congé, mais là aussi, c’est en bonne voie. Rien n’est encore officiel, mais il y a des chances que j’ai une ou deux surprises à vous annoncer de ce côté-là. De plus, le homard devrait participer à certains « prix du premier roman »… autant dire que je n’en reviens pas (bon, je ne vois pas pourquoi il gagnerait, mais c’est déjà magique).

Après un repas en très bonne compagnie, j’ai continué de travailler avec Maïté, qui est ma « conseillère en écriture » : nous avons passé en revue tout mon roman et vu ensemble en quoi et comment il pouvait être amélioré (quelques nuances à apporter, quelques petits passages à revoir, des petites redondances à gommer, mais rien d’énorme : il est apparemment déjà bien abouti, structurellement et stylistiquement… ce qui est rassurant !). C’était très intéressant d’échanger et de recueillir les conseils de Maïté, avec laquelle j’ai bien ri aussi. Travailler dans la bonne humeur, c’est mon credo :-). Donc, au programme de mes jours à venir : relecture de LDDH (ça faisait longtemps) avec recherche des petites modifs à faire, et la semaine prochaine, corrections sur le fichier que j’aurai reçu. Bref, c’est pas fini !!! (autant dire que je ne profiterai pas de ces vacances pour avancer dans mon 4ème roman, mais ce n’est pas bien grave : l’urgence d’abord !… c’est que le temps imparti est limité, puisque le roman part à l’impression début avril !).

Pour finir la journée, j’ai rencontré Marion (community manager) et Fred (responsable marketing) avec lesquels nous avons discuté de ce qui allait être entrepris en amont du lancement et ensuite, sur les réseaux sociaux et le Web. Là encore, j’ai hâte de voir la suite !

Hier, avec toutes ces choses bien concrètes, j’ai enfin pris conscience que mon roman va REELLEMENT sortir en librairie… et dans 3 mois ! Le grand saut est pour bientôt et finalement il reste plein de petites choses à faire d’ici là. C’est une formidable aventure qui commence…  et surtout, j’ai ressenti un vrai soulagement en sortant de chez Michel Lafon… avec la conviction que j’ai fait le bon choix.  Je suis vraiment rassurée et ravie d’être accompagnée par toutes les personnes que j’ai rencontrées hier. Il me semble que nous allons bien travailler ensemble (chose étrange, mais pas désagréable, quand on est habituée à travailler seule). Je finirai donc cet article par un MERCI à Florian, Maïté, Anne, Fanny, Marion et Fred. J’ai passé une journée géniale.

20170216_171359

 

Les 100 jours du Homard en numérique

Aujourd’hui, cela fait 100 jours que j’ai publié « La Délicatesse du homard » sur Amazon, et je viens donc faire un petit bilan sous forme de quelques stats :

100 jours = 100 jours dans le top 100 = 100 jours dans le top 50

dont 95 jours dans le top 10

dont 50 jours n°1

Classement-100JOURSHomard

Actuellement n°2

Plus de 16 000 lecteurs

156 commentaires

4,5 / 5 de moyenne

156coms-100JOURS

En attendant la sortie en librairie, je pense que mon homard a encore quelques beaux jours devant lui. Combien de lecteurs d’ici le 18 mai ? Je prends les paris ;-).

15 000 lecteurs !

Avant un bilan plus précis des 100 jours début février, voici le résultat des 3 premiers mois, pour ce qui concerne la version numérique  :

www.kizoa.com_collage_2017-01-27_18-47-17

Merci à tous ceux qui ont lu et apprécié mon homard !

Et merci aussi à tous ceux qui viennent vers moi, m’envoient des mails et des messages pour me dire tout le bien qu’ils en pensent et me remercier… C’est QUE DU BONHEUR !