Archives pour la catégorie La Délicatesse du homard

Ecriture du troisième roman : où en suis-je ? (2)

DSC_0184

Quelques nouvelles, après avoir délaissé un peu le blog, mais c’est pour la bonne cause, puisque la rédaction du roman avance bien !

Que s’est-il passé depuis le dernier article (du 25 juillet) à ce sujet ?

  • J’ai à nouveau passé une quarantaine d’heures de travail, réparties sur 10 jours.
  • J’ai d’abord développé la trame en notant le contenu précis des chapitres 23 à 61, ce qui m’a permis ensuite de dérouler le fil sans me poser de questions sur la suite (j’ai fait quelques infimes changements dans les actions de mes personnages, pour leur laisser un peu d’air quand même ;-)).
  • J’ai écrit 27 chapitres, ce qui en représente en tout 50, pour un total de 51 499 mots.
  • J’ai tendance à écrire beaucoup (3 500 à plus de 5 700 mots/jour d’écriture ces derniers temps) ou pas du tout. Je fais avec les contraintes de mon emploi du temps. Cette semaine, par exemple, je suis en activité d’écriture intense (environ 15 000 mots en trois jours, pour un objectif à 20 000 mots sur 5 jours, que je pense donc dépasser). Les mots coulent tout seuls… ça ne veut pas dire que c’est bon, ou mauvais… Je laisse faire, et je reprendrai le tout après, c’est comme cela que je fonctionne.
  • Je pense que le tout fera environ 80 chapitres, ce qui veut dire qu’il en reste une trentaine à rédiger. Pour le savoir, je reprendrai le tableau de ma trame, pour envisager les chapitres 62 et suivants, jusqu’au dernier. A ce stade, j’ai les grandes lignes de ceux-ci, et bien sûr la fin. Tout va dépendre du développement de la fin de mon histoire et de la précision que j’aurai envie de donner.

Le plus important, ce ne sont pas tous ces chiffres, évidemment. Le plus important, c’est que je prends beaucoup de plaisir à (me) raconter cette histoire. Je m’amuse, je vibre avec mes personnages. Je me suis attachée à eux… J’ai à la fois envie de finir le premier jet (parce que je me suis donné comme objectif de le finir fin août et parce que j’ai hâte de confier mon texte à quelques bêtas-lecteurs), et pas du tout envie de le quitter… car tout est encore possible ! D’ailleurs, ce qui me rassure sur le potentiel de cette histoire, c’est qu’au bout de plus de 50 000 mots, j’ai encore beaucoup à dire… un peu comme si l’intrigue était suffisamment riche pour me surprendre et doubler le volume (cependant, ce n’est pas le but : je ne recherche pas le remplissage).

Et puis, aussi, je commence à me poser plein de questions sur mon livre : sera-t-il bien reçu par les lecteurs ? les surprendra-t-il ? trouveront-ils les personnages attachants ? l’intrigue intéressante ? le style agréable ? L’intérêt est-il croissant, ou y a-t-il des creux à combler, des scènes inutiles à retirer…? Pour ces questions, je pense que j’aurai des retours d’ici la mi-septembre. Les personnes qui ont lu le début de mon brouillon se sont pris au jeu de l’histoire, mais ce n’était que le début…

Globalement, je suis contente de ce premier jet (même s’il y aura sans doute beaucoup à faire ensuite, comme améliorations)… mais c’est tellement difficile, je trouve, de juger soi-même sa propre production ! Mon enthousiasme final (j’ose espérer que j’en serai là) sera-t-il contagieux ? Il va falloir patienter pour le savoir…

Rendez-vous fin août, en espérant que la mission « premier jet » sera remplie. Ensuite, il faudra penser en urgence à la « mission titre », puis à la « mission couverture », à la « mission deuxième jet »…

Ecriture du futur roman : où en suis-je ? (1)

DSC_0312

Petit point pour baliser mon travail d’écriture, par quelques chiffres. Cette fois, d’ailleurs, je tiens un tableau Word « Plan de travail », où je note (en gros) les jours où je travaille sur mon projet, les tâches effectuées et le temps que j’y passe.

  • J’en suis à une quarantaine d’heures, cumulées  (je ne compte pas toutes celles où je pense à mon livre en faisant autre chose).
  • J’ai écrit 21 chapitres.
  • Cela fait 21 237 mots (soit environ 1000 mots par chapitre, ce qui est peu, mais j’aime bien ce rythme-là).
  • Je n’ai pas le titre, mais les idées ne manquent pas. Je voudrais juste LA bonne idée pour CE livre-là (article de blog prévu sur ce sujet fin août).

J’avais écrit 19 chapitres avant de les faire lire à plusieurs personnes dont j’ai eu (parfois) un retour. A la lumière de certaines remarques fort judicieuses, j’ai donc repris ce début de roman, et apporté des modifications, ce qui a engendré 2 chapitres supplémentaires sans avancer dans l’action.

Je viens aussi de passer une semaine dans la région où se passe mon roman (cf. article de blog avant-hier), région que je connaissais déjà un peu, mais là, j’ai approfondi et j’en suis revenue avec des centaines de photos.

Là maintenant tout de suite, je me trouve à un noeud du roman. Avant d’écrire la suite, je vais me pencher à nouveau sur la trame générale, en lui apportant des précisions, pour bien baliser le restant du livre, et ne pas encore laisser le destin de mes personnages entre leurs mains (j’avoue qu’ils ont un peu pris les rênes dans la première partie, et que je les ai regardés agir sans trop intervenir ;-)).

A priori, il me reste les 3/4 du livre à écrire, ce qui en fera sans doute le plus long de mes romans (pour l’instant).

Je vais essayer d’écrire tous les jours à compter d’aujourd’hui (sauf suractivité sur lieux de vacances). Maintenant que tout a été revu (je sais qu’il y aura un gros travail de réécriture quand même après), (re)posé, le déblocage est tout près, et mes doigts vont reprendre leur course folle sur le clavier. :-)

Au pays d’un roman…

Je suis de retour après une semaine parfaite en Bretagne, sur les lieux de mon futur roman. Celui-ci n’a toujours pas de nom (et je crois que je le baptiserai après l’écriture du premier jet).

Je me suis rendue, donc, dans le Finistère, là où c’est un peu la fin de la terre… au nord-ouest du département, entre Le Conquet et Saint-Pabu, en passant par Ouessant, pour les connaisseurs.

Quelques kilomètres de marche et beaucoup beaucoup de photos, m’ont permis de m’imprégner un peu plus de ces endroits féériques où va se dérouler l’action du troisième. L’oeil aux aguets du photographe (amateur !) que je suis depuis toujours, j’ai marché sur les pas de mon héroïne, cherchant l’endroit exact du début du roman… le fameux rocher où tout commence. J’en ai vu, des blocs de granit sur fond de mer d’Iroise !

Ce fut un régal des yeux et j’ai ressenti de vraies vagues d’émotion, par moments, devant ces paysages d’une beauté infinie…

Galerie…

DSC_0262 DSC_0366 DSC_0311 DSC_0122 DSC_0305 DSC_0468 DSC_0812 DSC_0934 DSC_0049

 

Futur roman : calendrier prévu

Indices3ème

Commencé fin mars et laissé en suspens à partir du 12 mai, pour cause d’emploi du temps incompatible avec l’écriture, mon troisième roman occupe mon esprit depuis décembre dernier… A présent que les vacances m’offrent une belle parenthèse, je vais donner un grand coup d’accélérateur à ce projet !

Voici comment j’entends procéder (on verra si la pratique parvient à se calquer sur la théorie) :

– d’ici à fin août : continuer et finir le premier jet (il me reste au moins 5/6 à rédiger)

– fin août : trouver le titre (bientôt un article de blog sur ce sujet). Il est fort possible que je solliciterai mes abonnés pour me guider dans mon choix.

– septembre : pendant la lecture de quelques bêta-lecteurs, choisir une couverture (travail avec David Forrest de Kouvertures.com)

– fin septembre à début novembre : relecture, corrections (j’ose espérer qu’il n’y aura pas de réécriture complète comme avec « L’Embarras… »… mais cette fois-ci j’ai pris les devants : j’ai sollicité mon coach au stade où je suis rendue actuellement pour être sûre que ça tenait la route 😉 )

– début novembre : publication numérique

– mi-novembre : publication papier.

Voilà pour la théorie. :-)