Le prologue

 

wedding-965658_1920

« Emma, voulez-vous prendre Julien comme époux et promettez-vous de lui rester fidèle, dans le bonheur ou dans les épreuves, dans la santé et dans la maladie, pour l’aimer tous les jours de votre vie ? »
Il y a deux réponses possibles à cette question : oui… ou non. En fait, à ce stade, pour toute personne normalement constituée, il ne devrait y avoir que la première : le choix se fait en amont de la cérémonie, et souvent des mois voire des années plus tôt.
Or, voilà, c’est là que tout a basculé dans ma tête. Pourtant, cela faisait des jours que je m’entraînais et que je répétais mon OUI à voix haute, partout, sous la douche, sous ma couette, en faisant les courses, en passant l’aspirateur… Oui ! OUI ! OUIIIIIII !!!!
Ce n’est pourtant pas difficile. Trois lettres. Trois simples lettres. Un oui, normal, presque anodin, un oui comme tous les autres oui… sauf que celui-ci engage toute votre vie… et que le mien est resté suspendu… oh, pas longtemps, quelques infimes micro-centièmes de seconde, le temps que, comme cela arrive, paraît-il, avant de mourir, toute notre vie défile… Eh bien, pour moi, tout a défilé dans ma tête comme dans un film, très vite, et j’ai vu des éléments de ma future vie potentielle en accéléré…

Tout ça à cause de lui.
Quelques instants avant l’échange des consentements, mon regard s’est posé sur une personne de l’assistance. Un homme, bien sûr. Que je n’avais jamais vu. C’est là que j’ai ressenti les premières vapeurs d’un doute s’abattre sur moi. Cet homme avait un je-ne-sais-quoi de terriblement séduisant. Je me trouvais là, en pleine cérémonie pour ce qui devait être le plus jour de ma vie, en proie à un étrange questionnement : mais alors si je me marie, je n’aurai plus droit à d’autres hommes ? Comme une prise de conscience étrangement tardive. Et quand le prêtre a prononcé innocemment « promettez-vous de lui rester fidèle… tous les jours de votre vie ? »… j’ai dégluti.
Ce n’est pas que je n’aime pas Julien, non. Sinon je ne serais pas là ! C’est que… comment puis-je être sûre de l’aimer toute ma vie ? de ne jamais le tromper ? Moi, le cœur d’artichaut, la nana plutôt instable qui avait chaque semaine un nouvel amoureux dans sa tête au lycée, et (un peu plus tard) chaque soir un nouvel amant dans son lit ? Julien, c’était l’homme qu’il me fallait. Posé, stable, sûr de lui, sécurisant… Tout ce qu’il me fallait, vraiment.
Mais si le choisir lui, c’est renoncer à tous les autres… pour moi, l’ex-croqueuse d’hommes… Aïe, aïe, aïe…
Qui peut y croire, dans cette assemblée, que je puisse ainsi me ranger pour de bon ? Puis-je y croire moi-même ?

Et alors s’est opéré dans mon esprit le film de ma vie. J’ai vu trois versions possibles de moi… face à la tentation de l’adultère. Trois possibilités, trois choix, trois seulement parmi des milliers de destins possibles, mais terriblement signifiants.
Jugez-en plutôt par vous-même…

Et on se retrouve à l’épilogue pour ma réponse à la question du prêtre.

yes-973983_1920(1)

2 réflexions sur “ Le prologue ”

Laisser un commentaire