Fin de la deuxième partie : ouf !

typewriter-585000_1280 

Voilà, c’est fait.
Après un blocage relatif il y a quelques jours, je me suis dégourdi la plume (et le cerveau), et j’ai retrouvé ma vitesse d’écriture. Deux jours intenses, plusieurs milliers de mots.
Bon, c’est évident : ça demandera à être relu, repris, peaufiné, voire réécrit… mais au moins, j’ai lâché les chevaux, et j’ai rempli mon objectif de cette semaine : finir la deuxième partie de mon premier jet ! (pour ne rien vous cacher, il y en a trois, plus des petites surprises entre les chapitres)

Objectif : 1er jet à terminer dans 8 jours… puis une première lecture critique de mon entourage (pendant ce temps, je vais laisser reposer mon histoire… et moi aussi d’ailleurs, car ce seront les vacances (les vraies 😉 ).

Ensuite… il faudra tout reprendre, relire à voix haute, traquer les répétitions (qui s’entendront), les coquilles,  et remanier, affiner, travailler le style, tout ça…

Pffff… il est pas près de sortir, ce deuxième roman… :-)

 

Abonnez-vous à la newsletter, et découvrez une nouvelle inédite !

Pour…

  • suivre l’actu de l’auteurcouvertureNOUVELLE3
  • lire des textes inédits
  • donner votre avis sur un titre, une couverture…
  • découvrir en avant-première des extraits de futurs romans…

Abonnez-vous dès à présent grâce au lien ci-dessous :

http://eepurl.com/btOMrT

Et recevez cette nouvelle inédite dès votre inscription.

Une petite gourmandise sans prétention… à déguster sans modération.

Enregistrer

Il est arrivé avec le courrier…

DSC_0019

CA Y EST !!! Seconde naissance de mon premier « bébé » littéraire. Après la version numérique, il est sorti en papier.

Je l’ai donc trouvé ce matin dans ma boîte aux lettres, et l’ai découvert sous cette forme, palpable. Quel plaisir de le feuilleter, et de parcourir les pages !… J’ai le sentiment de le redécouvrir, et c’est presque comme si ça n’était pas le mien, comme si ça ne pouvait pas être le mien… Et pourtant si.

J’aime beaucoup lire sur ma liseuse, mais j’avoue que c’est une autre dimension.

Je sais aussi que d’autres que moi attendaient cette « vraie » version. Alors, à eux, et à tous ceux qui en auront envie : à vos claviers pour passer commande !   😉

Et merci, merci, pour votre lecture.

PS : il manque (au moins) un saut de ligne… j’espère qu’il n’y a pas d’autre « coquille », mais si c’est le cas, merci pour votre indulgence.

Angoisse de la page blanche, ou pas vraiment

 

leave-839225_1280

Alors, bon. Ce n’est pas tant l’angoisse de la page blanche qui me taraude (il n’y a pas vraiment de quoi : la structure de mon roman est scellée et bouclée à double tour, donc je sais ce qu’il me reste à écrire)… mais j’arrive à un moment pas facile à gérer dans mon histoire…

Que dire sans trop en dire ? Disons que je dois répéter des éléments, sans que ce soit à l’identique (sinon, bonjour l’ennui !), et que ça me vient plutôt difficilement. Ca ne coule pas tout seul, alors que d’habitude si. Je sens que ça freine, et bref… je reporte, je procrastine…  alors que, justement, j’ai tout le temps devant moi. Pas bon, ça !

Allez, faut que je m’y mette. Se faire un peu violence pour se (re)lancer, et sans doute que le plaisir viendra au bout de quelques phrases… ou pages.

Ecriture et « talent »…

Je me suis plongée dans la lecture de ce livre référence :

L’auteur nous dit :

« Je ne crois pas qu’on puisse fabriquer un écrivain, que ce soit par le biais des circonstances ou de la volonté (…). L’équipement est compris au départ dans la livraison. Ce n’est pas pour autant un équipement inhabituel ; je crois que nombre de gens possèdent au moins un petit talent d’écrivain et de conteur et que l’on peut améliorer et affiner ce talent. »

Grande question que celle du « talent »… J’espère avoir bien été livrée au départ (merci à mes parents)… mais comme S. King le dit, tout reste à faire, et il faut aussi beaucoup de travail (sans doute moins pour ceux qui naissant avec un « grand talent d’écrivain »).

Ai-je du talent ? Je n’ai pas la prétention de le penser… mais certains le croient… alors, que manque-t-il ? De la visibilité, pour commencer… du travail, de la patience, de l’espoir lucide, et encore du travail… et puis, un jour peut-être, la reconnaissance, celle qui donne une légitimité. D’ici là (et si, par grand bonheur, ça arrivait), écrire, écrire encore.

Reprise

writing-675083_1280

Un boulevard de temps libre s’écoule devant moi. Cela tombe bien : j’ai un roman à « finir » (disons que j’ai pour objectif de clore mon premier jet dans les semaines à venir).  Mis en quarantaine, bien au chaud, pour cause d’incompatibilité avec emploi du temps trop serré, mon deuxième roman ne demande qu’à grandir, prendre du volume, et s’étoffer sous mon clavier.

Emma et Julien attendent bien sagement que je veuille bien les reprendre et me pencher sur leur vie… et sur celle de leurs invités. J’ai bien pensé à eux, depuis plus de deux mois que je les ai délaissés. Allez, hop, j’y retourne ! Je cours les retrouver et m’occuper d’eux.

 

Bientôt un objet !

books-20167_1280

Voilà…

Plus que quelques jours, et Histoire d’@ sera devenu un objet tangible, manipulable… un objet qu’on prend, qu’on pose, qu’on oublie, qu’on retrouve…

Plus que quelques jours, et il rejoindra ses frères de papier dans ma bibliothèque, et dans celle de quelques autres…

Plus que quelques jours, et je pourrai le saisir, le caresser, le respirer,  le feuilleter, tourner ses pages, et le lire différemment…

Plus que quelques jours, et il accèdera à un nouveau statut, celui de « vrai » livre…

Son jumeau numérique n’aura pas de quoi en être jaloux : il gardera la satisfaction d’avoir le plus de lecteurs !

Mais c’est une joie d’arriver à l’aboutissement palpable d’une création de l’esprit. Le virtuel devient matière. L’imaginaire devient concret…

C’est une étape. Un pas de plus sur le chemin.

 

 

Jour 1

light-painting-801025_1280

4 juillet. Quelle belle date…  C’est le début d’une période qui signifie « retour à » et « plongeon dans » l’écriture… Encore quelques jours avant de reprendre mon manuscrit, et déjà dans la tête deux autres projets de romans…

L’actu d’aujourd’hui c’est aussi la fin des démarches pour la publication d’Histoire d’@ sous format papier. Ne reste plus qu’à attendre que la magie opère.

 

En pause d’écriture, mais plus pour longtemps

pen-631332_1280

Mon « stylo » est fermé… il attend patiemment que je daigne l’ouvrir.

Il me tarde de retirer le capuchon pour faire courir la plume sur le papier (ou, plutôt, de reprendre le fichier de mon deuxième roman caché dans mon portable,.. ce qui est moins joli, mais plus propre à ma réalité d’écriture !).

Encore deux semaines d’attente, deux semaines  à haute densité de travail, et bientôt je pourrai à nouveau plonger dans un bain d’écriture… et retrouver Emma, Julien, et leurs invités…

Il me tarde !

 

Décollage immédiat

couverture

Et voilà !
Mon livre est lancé.
Je ne sais jusqu’où il ira, mais c’est l’inconnu qui s’ouvre, et rien que ça, c’est déjà une porte vers un « plus » de quelque chose. Le premier ancrage d’un rêve d’enfance…